> Sélestat - Besançon (26-26)

Rédigé le 29/01/2018.

Le dernier match amical des Sélestadiens s’est soldé par un match nul (26-26) hier face à Besançon. Un résultat loin d’être satisfaisant.

Décidément les rendez-vous avec son ancien club, ne vont pas dans la direction que Christophe Viennet souhaiterait. Après avoir déjà dû partager les points en championnat lors de la 3e journée, ses Sélestadiens n’ont pas encore réussi à prendre le dessus sur Besançon. Cinq mois plus tôt, les deux équipes s’étaient séparées sur un score nul (25-25). Hier soir, il n’y a, de nouveau, pas eu de vainqueur (26-26).

Mais davantage que le score c’est la prestation des Violets (en jaune pour l’occasion) qui sème le doute.

Au lendemain d’un match contre Winterthur plus enthousiasmant que les précédents, les Sélestadiens sont retombés dans les travers qu’ils avaient déjà laissés entrevoir au cours de leurs précédentes sorties.

Au point de rendre leur coach d’humeur chafouine. « On a attendu d’être poussés dans nos retranchements pour réagir. Tout le reste du temps, on a joué en marchant. Ça ne me convient pas. Pour le moment, je vois une équipe qui n’arrive pas à jouer ensemble. C’est une réalité. J’ai l’impression qu’ils apprennent à jouer quand on se met sur le terrain. Il n’y a aucune base, c’est compliqué. »

La trentaine de passionnés qui a préféré ce match à la demi-finale de l’équipe de France qui se disputait au même moment, n’a que rarement été récompensée.

Dès les premières minutes, les Sélestadiens s’attachent un boulet au pied en encaissant un 4-0 (5e ). Quand, à leur tour, ils passent un 3-0 initié par De Beule, l’une des satisfactions de cette soirée, on les croit lancés. L’égalisation (6-6, 12e ) survient avant trois nouveaux buts bisontins consécutifs (6-9, 15e ).

En revanche, le deuxième quart d’heure tourne à l’avantage des Alsaciens qui finissent mieux la première période.

Savic place, pour la première fois, le SAHB devant (11-10, 23e ). L’écart grimpe à + 4 (15-11, 36e ) avant que la machine sélestadienne ne se grippe à nouveau. Besançon repasse devant à la 48e minute (19-20), prend à plusieurs reprises deux buts d’avance jusqu’à 23-25 (57e ) avant un sursaut d’orgueil sélestadien dans les dernières minutes (26-26).

« On est bien trop irrégulier. On n’avance pas sur nos problématiques, regrette Christophe Viennet. Il ne faut se leurrer. On est loin d’être prêt. »

Article et Photo DNA