> Large victoire du Centre de Formation (46-22)

Rédigé le 05/03/2018.

Comme à l’entraînement

La réserve sélestadienne a placé beaucoup de rigueur dans son match face à Morsang-Fleury pour remporter une très large victoire.

Quand on a gagné de quinze buts d’écart contre le leader, en “coller” quarante-six avec une marge de vingt-quatre à la lanterne rouge n’est pas un exploit. La plus grande performance des joueurs de Thierry Demangeon, face à un aussi faible adversaire que Morsang-Fleury, a été de ne pas tomber dans la facilité et de rester concentrés.

« À nous de rester sérieux »

« On a été très rigoureux. On s’était dit qu’on pouvait les “enterrer” dès le début du match. C’est ce qu’on a fait en entrant très fort dans la partie. On a été solides en défense, avec des arrêts de gardien qui nous ont offert beaucoup plus de contre-attaques que d’habitude. C’est bien pour la confiance, mais il ne faut pas se reposer là-dessus. »

Pour Julien Cadel, ce résultat ne veut rien dire contre une équipe, certes vaillante, mais qui tient de l’anomalie à ce niveau. Pendant dix minutes (5-3), les Essonnais ont fait illusion jusqu’à un “9-0” encaissé en sept minutes qui a sonné leur glas (14-3). À la mi-temps, l’écart était abyssal (25-9).

Les “Violets” ont fait le travail sans faiblir dans le deuxième acte (46-22) en ouvrant le banc pour offrir du temps de jeu à ceux qui en ont moins l’occasion.

Meilleur marqueur sélestadien, avec une unité de plus (11 buts) que Tanguy Thomas, l’arrière droit Julien Cadel était focalisé sur la suite. Notamment sur la réception du leader, Folschviller, après le déplacement à Saint-Brice, dans deux semaines.

« À nous de rester sérieux et de ne rien relâcher. Si on veut garder un espoir de jouer la montée, on n’a plus de droit à l’erreur puisqu’on a perdu bêtement des points durant la première phase. »

Sélestat II pourra compter sur son jeune international belge qui monte en puissance.

Article & Photo DNA