> Ce soir à 20h15 : BESANCON - SELESTAT

Rédigé le 23/03/2018.

Une semaine après avoir bousculé le deuxième, Dijon, Sélestat espère faire encore mieux qu’un nul ce soir (20 h 15) chez la lanterne rouge de la Proligue, Besançon, l’ancien fief du coach de Sélestat, Christophe Viennet, qui reviendra pour la première fois dans un club où il a œuvré 30 ans.

Au lendemain d’un nul convaincant chez le deuxième, Dijon, l’équipe de Christophe Viennet vise logiquement mieux, ce soir, chez la lanterne rouge, Besançon. Même si rentabiliser deux matches loin de chez soi n’est jamais évident.

Il y a pourtant un homme dans l’équipe alsacienne pour qui ce déplacement se disputera juste à côté de chez lui. Christophe Viennet a beau entraîner Sélestat depuis l’été dernier, il réside toujours à Besançon où il se ressource en famille chaque week-end. « J’apprécie beaucoup mon aventure à Sélestat. Il y a énormément de passion en Alsace. C’est très plaisant et ça correspond à ce que je cherchais. Mais ça ne pourra jamais remplacer ma ville. »

Tel Bruce Springsteen évoquant avec nostalgie les souvenirs de jeunesse de son « hometown », Christophe Viennet s’est entiché de sa ville natale. Cette relation forte puise ses racines dans le terreau local. « Besançon, c’est ma ville. C’est là où je suis né. C’est là où mon fils est né. Là où vit ma famille. Là où se trouve ma maison. Où résident mes meilleurs amis. Ma vie d’homme, elle est là-bas ».

À 41 ans, il a passé les trois quarts de sa vie dans le club de handball local à apprendre le jeu, à l’apprécier puis à le mettre en place quand on lui a confié la destinée de l’équipe pro, il y a neuf ans. Jusqu’à ce qu’on lui retire le « jouet ». Brusquement. Presque brutalement.

Le 12 mai dernier, Christophe Viennet s’est assis pour la dernière fois sur le banc de Besançon avant de tirer sa révérence sans prendre la peine de vivre des remerciements publics qui sonnaient faux à ses yeux. « J’ai estimé qu’avec mon adjoint, on avait été abandonnés par l’ensemble du club tout en nous mettant la responsabilité du maintien sur les épaules. Quand personne ne te parle pendant six mois, c’est trop facile de revenir le dernier match et de se faire la bise devant 2000 personnes. »

Certaines histoires d’amour finissent mal. Ce soir, le retour du coach bisontin dans son ancien fief devrait être chargé d’émotion, sinon de passion. Christophe Viennet avait coché cette date. « Plus par curiosité affective. Ça a été un réflexe de regarder Besançon. » L’ex-coach bisontin ne préfère pas s’épancher davantage. Pour ne pas mettre de l’huile sur le feu. « Quoi que je dise, ce sera détourné et mal interprété. »

Il préfère donc regarder devant lui, se concentrer sur son équipe actuelle qui lui donne satisfaction depuis deux semaines. « Ce qui me préoccupe, maintenant, c’est Sélestat. Sur ce match-là, notre performance peut mettre Besançon à mort. Tant pis. Même si ça me fait mal et que je me dis que j’ai travaillé 8 ans pour rien. »

Après une victoire contre le quatrième, Pontault, et un match nul chez le deuxième, Dijon, le SAHB aborde peut-être un rendez-vous contre le dernier où il faudra prouver que les errements passés ne sont plus que de mauvais souvenirs. « Notre tableau de marche par rapport aux équipes de tête est cohérent. Ce sont surtout les points contre les équipes du bas de tableau qui nous sont préjudiciables. C’est là où le bât blesse » , regrette Christophe Viennet.

Le technicien sait que ce n’est pas gagné ce soir, que rien ne sera offert. Qu’il faudra aller chercher ces deux points. Il a loué des comportements qui ont changé. Il saura ce soir s’ils ont vraiment évolué là où il avait tendu tant de pièges à des adversaires plus huppés que ses Bisontins.

Article Journal L'ALSACE

Photo Cyril GIFE

 

BESANÇON - SÉLESTAT ce soir à 20 h 15 au Palais des Sports Ghani Yalouz à Besançon (en direct sur www.lalsace.fr). Arbitres : Mmes Paradis et Tournant.

Besançon  : 1. Komnenovic et 72. Simonin dans les buts. 2. Guyet, 4. Popovic, 5. Molherat, 6. Minary ou Arteaga, 7. Gros, 8. Vujovic, 9. Avelange-Demouge, 13. Rognon ( cap.) 17. Bolaers, 21. Brkljacic, 23. Claire, 46. Cornet, 62. Laguillaumie. Entraîneur  : Alain Portes assisté par Lionel Geoffroy. Absents  : Scotto, Bedel.

Sélestat  : 1. Ravensbergen et 77. Kieffer dans les buts. 5. Nyembo, 7. Valentin, 9. Cauwenberghs ( cap.), 10. Djeric, 14. Da Silva, 17. Pereira, 18. Bottlaender, 19. Gutfreund, 20. Schneider, 34. Anquetil, 35. Savic, 44. De Beule, 51. Seri. Entraîneur  : Christophe Viennet assisté de Claude Karcher. Absents  : Eudaric, Herbulot, Larouche.