> Redevenir positif

Rédigé le 16/11/2018.

À la recherche d’une victoire qui les fuit depuis cinq journées, les Sélestadiens veulent inverser la tendance et se remettre à gagner, même si Limoges (ce soir à 20 h 30) n’est pas le meilleur endroit pour ça.

Si Sélestat est passé à un doigt d’une victoire contre le leader Saran (défaite 23-24), Antoine Gutfreund, lui, a laissé un doigt dans le combat. Après avoir tiré, sa main gauche a heurté un défenseur et une phalange s’est déplacée. Le retrouver dans le bus qui a quitté Sélestat hier aux aurores, est donc une (heureuse) surprise pour l’équipe. Car ce type de blessure nécessite généralement plusieurs semaines de convalescence. « On a bien travaillé avec le staff médical pour que je puisse rejouer le plus rapidement possible. Les examens ont montré qu’il n’y a pas d’arrachement osseux. C’est la bonne nouvelle… »

« La Proligue, c’est la jungle »

L’arrière droit des Violets est soulagé d’être de la partie ce soir à Limoges. Il n’aurait pas aimé vivre le match à distance. Malgré ce handicap, il compte bien aider l’équipe à se remettre sur le bon chemin. « On a déjà perdu Nicolas Schneider pour une longue durée. Si on peut avoir toutes nos armes disponibles, c’est mieux pour pouvoir être performant. Surtout qu’en ce moment, c’est compliqué. » D’où cette course contre la montre pour ne pas rater le rendez-vous du jour.

La période n’est pas gaie en raison d’une série de cinq matches sans victoire et deux points ramassés sur dix possibles. Antoine Gutfreund ne veut pas parler au nom de l’équipe, mais il évoque sans détour cette période d’insuccès. « C’est difficile parce qu’on est une équipe ambitieuse et qu’on a envie de gagner chaque match. Ça fait toujours très mal de repartir avec zéro ou seulement un point. C’est d’autant plus difficile à vivre quand ça s’enchaîne. La Proligue, c’est la jungle. »

Depuis le mois d’octobre, la disette s’est installée. Chaque match est une occasion pour relancer la machine. Mais celle-ci est toujours grippée.

« On s’attend à un gros combat »

Pourra-t-elle redémarrer à plein régime à Limoges ? Rien n’est impossible même si les circonstances parlent en faveur de l’équipe recevante qui a fait le plein à domicile, mais qui piétine loin de ces bases. De retour chez elle, après deux défaites, il n’est pas compliqué d’imaginer vers quoi aspire cette formation construite pour participer aux play-offs. « On est deux équipes à la recherche de points. On s’attend à un gros combat. Surtout chez eux » , résume l’ancien de Montpellier.

À condition de défendre aussi fort qu’une semaine plus tôt, de ne pas gâcher une vingtaine de ballons comme à Créteil et de réduire au maximum les temps faibles, le SAHB peut aspirer à une première victoire à l’extérieur ailleurs qu’en Alsace (leur unique succès a été enregistré à l’ESSAHB). « Contre Saran on a montré qu’on était capable de rivaliser avec les meilleures équipes du championnat. Mais à quoi bon regarder le passé et se morfondre ? On ne peut rien y changer. Il faut qu’on avance et qu’on soit conquérants ».

À l’image d’Antoine Gutfreund qui aimerait à nouveau toucher du doigt la victoire.

Article L'ALSACE / DNA -- Christian WEIBEL

Photo : A. KIEFFER