> Le SAHB second au classement derrière le PSG !

Rédigé le 06/03/2019.

Lors de cette saison 2018/2019, 6 jeunes violets ont été sélectionnés en équipes de France U17 / U19 / U21 permettant ainsi au SAHB de se placer en seconde position derrière le PSG et devant Chambéry (voir le classement général EN CLIQUANT ICI).
Si l’on s’attarde sur la formation initiale (jeunes ayant commencé le handball dans son club formateur) le SAHB obtient la 1ère place.
Le club en a profité pour dresser un bilan sur sa politique de formation et sur sa capacité à fournir de jeunes talents aux équipes de France jeunes et à son sport.    

Pour former, il faut tout d’abord attirer.

Les wagons sont tractés par des locomotives. Dans le sport, pour attirer de jeunes pratiquants, il faut également une locomotive. Et plus cette dernière joue à un haut niveau, obtient de bons résultats, voire des titres, plus l’envie de s’essayer et de pratiquer est grande. Nous avons bien évidemment une équipe de France A multi-titrée, mais en Alsace, depuis près de 30 ans maintenant, la locomotive du handball masculin est incontestablement le Sélestat Alsace Handball qui doit continuer à évoluer au sein de l’élite (LIDLSTARLIGUE ou PROLIGUE) pour rester la force d’attraction. Et ainsi continuer à offrir à un public intergénérationnel un spectacle de qualité. A noter que depuis le début de cette saison le taux de remplissage de la salle est de 87 %. C’est donc en moyenne 2000 spectateurs (jeunes ou moins jeunes) qui vivent des émotions, font vibrer le CSI lors de chaque match à domicile et cela aussi suscite l’envie de jouer au handball chez les plus jeunes.  

La formation dans l’ADN du SAHB

Depuis toujours, le projet du club est tourné vers la formation des jeunes avec pour finalité de les faire éclore au plus haut niveau. De l'école de hand, en passant par les différentes catégories jeunes, jusqu'à l'équipe réserve, les structures de formation du SAHB sont assurées par des entraineurs diplômés. Ils apportent des entraînements quotidiens en parfaite coordination avec la formation scolaire puis universitaire afin de préparer l’avenir des jeunes sportifs.
Le SAHB investit d’importants moyens humains et financiers pour pérenniser son label de la Fédération Française de Handball, indispensable pour le développement d’un pôle unique de formation de très haut niveau dans l’Est de la France.
Grâce à ce fonctionnement basé sur la rigueur, le travail, mais aussi l’enthousiasme, l’échange, la convivialité, le SAHB a fourni au handball français des joueurs de très haut niveau, sur le plan national et international : Thierry Omeyer si l’on ne devait en citer qu’un seul et plus récemment Julien Meyer et Yanis Lenne.

Un récent courrier de la direction technique nationale indique que le centre de formation du SAHB est une structure de qualité respectant les éléments du cahier des charges fédéral. Parmi les points forts relevés par la DTN :

Ø  54% de professionnalisation des athlètes alors que la moyenne nationale est autour de 33%,

Ø  Un soin précieux accordé à l’accompagnement des projets scolaires et universitaires (étalement des études de DUT sur 4 années au lieu de 3, convention avec l’Université́ de Strasbourg, référents dans les établissements proposant un aménagement des études).

Philippe KLEIN - l’un des principaux acteurs de cette réussite depuis de nombreuses années - a accepté de répondre à nos questions.


1/ Philippe Klein, votre club vient d’honorer Simon Jaeger, Clément Franck et Hugo Van Ee, tout récents médaillés d’or au Championnat Méditerranéen avec l’Equipe de France U17. Est-ce une fierté ?

Une énorme fierté. Ces trois jeunes ont porté haut les couleurs du SAHB. Leur parcours a été parfait avec autant de victoires que de rencontres dans cette compétition. Nous sommes d’autant plus fiers que Sélestat était avec ses 3 joueurs le club le plus représenté au sein de cet effectif de l’Equipe de France U17.

2/ Est-ce la première fois que vos jeunes brillent ainsi à l’International ?

A Sélestat nous avons une longue habitude de « fournir » les Equipes de France Jeunes et ce depuis de nombreuses années. Et comme ces dernières trustent régulièrement les podiums… Rudy Seri, Julien Meyer, Yanis Lenne, Edouard Kempf et Valentin Kieffer, … sont revenus parés d’or aux championnats du Monde et/ou d’Europe.

3/ Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Historiquement, la formation des jeunes est dans l’ADN du club. Il y a 50 ans, Germain Spatz a créé le club avec cette volonté qu’il nous a transmise et qui ne s’est jamais arrêtée. C’est inscrit dans nos valeurs. Au point que derrière le PSG (avec 7 sélectionnés) le SAHB se classe second club de France avec 6 jeunes sélectionnés nationaux. Et derrière ça pousse fort. Nos jeunes sont confiés à des entraîneurs diplômés qui font de l’excellent travail tout en relayant les valeurs du club. Les U18 de Fred Blum sont ainsi en tête de leur groupe de championnat de France. Les U15, les U13 et les U11 ne sont pas en reste. Ils sont tous premiers invaincus de leur championnat respectif…
Thierry Demangeon obtient chaque année d’excellents résultats avec l’équipe réserve qui est un vrai tremplin pour le monde pro
Cette réussite est également le fruit d’un travail en bonne coordination avec Philippe Schlatter et le Pôle Espoirs.

4/ Est-ce que cette politique se ressent au niveau de l’équipe professionnelle ?

En plus de former nos jeunes Sélestadiens (Clément, Simon, Arthur et avant eux Yanis et Julien n’ont évolué qu’au SAHB depuis l’école de hand des moins de 9 ans) nous attirons les meilleurs Alsaciens (Hugo a débuté à Soultz (SBH), il y a joué jusqu’à la saison 2014/2015 avant de rejoindre Cernay et avant lui Edouard qui a débuté à Cernay) et même des joueurs venus de bien plus loin. D’abord parce que Sélestat est le fer de lance du handball alsacien mais aussi parce qu’à Sélestat, plus qu’ailleurs, les jeunes savent que le monde professionnel n’est pas loin. Il suffit pour s’en convaincre de voir le nombre de candidatures pour la journée de recrutement au Centre de Formation.
Et ces jeunes savent qu’au SAHB, plus que dans les grandes écuries de LIDLSTARLIGUE, ils auront l’occasion de briller et de gagner du temps de jeu chez les pros. Arthur Lenne, Julien Da Silva, Thibaut Valentin, Hugo Kriszt, Valentin Kieffer et d’autres encore en sont de nombreux exemples. Ils apportent leur pierre à l’édifice et leurs prestations sont de plus en plus abouties.

5/ Est-ce que Sélestat continuera à « sortir » des jeunes de talent ?

Le rêve c’est bien sûr de continuer à former de futurs talents. Pour l’Equipe de France bien sûr, mais aussi pour un Sélestat plus ambitieux. On l’a dit avec des garçons de 11 ans à 18 ans déjà au top, c’est envisageable. C’est évidemment une fierté et un honneur de voir nos meilleurs partir vers l’élite française ou même européenne comme Yanis et Julien mais nous souhaiterions tellement pouvoir retenir ces talents.

Le handball en France a évolué ces dernières années et nos championnats (LIDLSTARLIGUE et PROLIGUE) sont parmi les meilleurs au monde.

Nous nous accrochons mais pour Sélestat, cela devient de plus en plus compliqué.

Cependant avec l’aide de tous, un peu d’imagination et de la bonne volonté, nous pouvons y arriver
parce qu’impossible n’est pas Sélestadien !