> Intouchables ...

Rédigé le 21/04/2012.

 

Rapidement largué, Sélestat a tenté un improbable retour pour faire douter le champion de France Montpellier. En vain (36-30).

l n’y a pas eu d’exploit. Mais non seulement Sélestat n’a pas eu à rougir de sa défaite chez les champions de France, mais les Alsaciens ont caressé le rêve fou de pouvoir briser l’hégémonie de Montpellier dans son antre de Bougnol à l’issue d’une rencontre incroyable.

 

Reléguée à onze longueurs après 23 minutes de jeu (15-4), l’équipe s’est lancée dans un incroyable come-back en seconde période pour revenir à trois longueurs de son hôte (26-23) à moins de treize minutes de la fin de la rencontre. Alors les Héraultais n’ont pas eu peur, ils n’ont jamais donné l’impression de paniquer et de se laisser aller à la panique, mais l’espace de quelques minutes, le public montpelliérain, peu habitué au suspense en dehors des joutes européennes et des rendez-vous avec Chambéry, a cru se retrouver plongé en plein cauchemar. Ce fut finalement vain, Accambray prenant les choses en main en fin de match pour étouffer cette tentative de rébellion, mais les Alsaciens ont quitté le parquet avec les honneurs.

 

Rien ne laisser prédisposer un pareil scénario. D’entrée de jeu, Montpellier avait imprimé son rythme habituel à la rencontre pour se prémunir de toute mauvaise surprise. Les ailiers s’amusaient de la défense alsacienne, dans le jeu placé mais surtout sur les remontées de balle pour punir un repli défensif aléatoire et les échecs face aux cages des tireurs de Sélestat. Gajic, Honrubia et Guigou : il n’y en avait que pour les mobylettes, impressionnantes de réussite, et auteurs à eux trois de douze des treize premiers buts héraultais, dont sept pour le seul Gajic. Le tout en 19 minutes (13-4). Et lorsque Arvin-Berord portait l’écart à plus onze, le suspense semblait avoir complètement disparu et la seule question de savoir si Sélestat n’allait pas battre le pire record pour une équipe en visite à Bougnol cette saison.

 

Suite de l'article L'Alsace