> Le « H », poil à gratter

Rédigé le 26/04/2012.

À défaut de trouver un tombeur de Montpellier cette saison, on portera un regard admiratif sur Nantes qui, il y a un mois, a arraché un point à l’indétrônable champion de France.
La belle équipe pro du HBC Nantes, le « H » pour les intimes, qui avait tâté de l’Europe la saison précédente, n’a été classée dans la deuxième moitié du tableau qu’une seule fois.

C’était après la 9 e journée et une défaite à domicile contre Toulouse.

Les résultats positifs l’emportaient ensuite (14 victoires à ce jour), avec une remontée à la 5 e place, la même qu’en fin d’exercice précédent. Nantes l’occupe depuis la fin du cycle aller.

L’Europe se rétrécit
« Mais seules les quatre premières places seront encore européennes la saison prochaine, et Dunkerque, qui est devant nous (avec 4 points de plus) me semble plus fort. Ça va être difficile d’aller le chercher », estime Thierry Anti, l’entraîneur de ces autres Violets, adversaires de Sélestat samedi soir.

Les Nantais ont vu leur rendement évoluer en dents de scie au fil des défections pour cause de blessures d’éléments majeurs. Dont celle, à un muscle de la cuisse, de Seufyann Sayad, le demi-centre né et formé à Sélestat. Il est écarté des terrains depuis sa campagne à la CAN avec l’équipe du Maroc en janvier.

« La poisse ! C’était l’un de nos meilleurs joueurs », se désole Rock Feliho, qui a lui aussi fréquenté le centre de formation et la réserve de Sélestat avant de faire carrière chez les pros. Après Villefranche et l’Allemagne, le bientôt trentenaire a posé ses valises à Nantes, avec sa femme originaire de Schirmeck, avant de prendre la route pour Toulouse à la prochaine rentrée.

 

Suite article DNA