> E. Capon ambitionne de faire de la D1 le meilleur championnat au Monde

Rédigé le 26/09/2012.

 

Directeur général de la Ligue nationale (LNH), Étienne Capon explique pourquoi la France est le seul des trois grands championnats à progresser en temps de crise et annonce vouloir en faire à moyen terme le N°1 au monde.

 

DNA :  Pourquoi le championnat de France continue à progresser alors que l’Allemagne stagne et que l’Espagne baisse ?

E. Capon :  Essentiellement à cause d’une économie plus équilibrée. Mis à part le cas du PSG, nos clubs ont des actionnariats partagés. En Allemagne, les clubs ont souvent un gros partenaire et lorsqu’il connaît des difficultés économiques, ça fait tout de suite très mal. En Espagne, l’apport des collectivités a baissé depuis deux ans en raison du contexte économique. La crise a été mieux digérée chez nous, grâce aussi au contrôle de gestion qui n’existe pas en Espagne.

DNA : Le Championnat de France tire-t-il profit de son sérieux ?

E. Capon : Clairement. L’Allemagne s’y est mise plus tard avec un système de licences, mais l’Espagne en est encore loin. On sait qu’il y existait un système de contrat A, B voire C. Le A étant le contrat que tu déclares à la Ligue, le B celui entre le club et le joueur, le C celui entre le partenaire et le club. Ces pratiques étaient monnaie courante et existent sans doute encore.

DNA : L’arrivée du Qatar dans le capital du PSG dope-t-il vos chiffres ?

E. Capon : Oui bien sûr et c’est pour ça qu’à la Ligue, par souci de lisibilité, on tient des statistiques avec et sans le PSG. Mais même si on enlève le PSG, on affiche quand même une progression à deux chiffres.

 

« L’Allemagne représente un modèle »

 

DNA :Si l’on s’en tient aux chiffres officiels, le PSG est aujourd’hui avec 9,2 millions d’euros le deuxième budget d’Europe derrière Kiel ?

E. Capon : Disons qu’il fait partie du Top 5. C’est impossible de connaître les vrais chiffres. Ceux qui sont disponibles sont ceux des clubs allemands même si je pense que Kiel, qui annonce 9,5, est plus aux alentours de 11 millions. Après il y a des clubs issus de championnats auxquels on ne pense pas forcément. Le directeur de la Ligue danoise m’a dit que le KIF Copenhague était à plus de dix millions d’euros. Veszprem doit être très haut aussi car il bénéficie d’un appui gouvernemental énorme en Hongrie qui veut faire du handball un fer de lance. Pareil pour Kielce en Pologne.

DNA :Votre modèle est plutôt l’Allemagne…

 

Suite de l'article DNA