> C’est déjà Noël

Rédigé le 20/12/2012.

 

Le Sélestat Alsace Handball a magnifiquement conclu la phase aller en s’imposant hier sur le parquet de Toulouse (31-32). Grâce à ce cinquième succès de la saison, les Violets s’installent, juste avant la trêve, à la huitième place. Vivement la suite !

 

Le 13 porte décidément bonheur au Sélestat Alsace Handball. La saison dernière, les Violets s’étaient imposés à Paris lors de la 13 e journée. Ils ont remis ça hier en faisant trébucher Toulouse sur son parquet (31-32), là où seul Nantes était reparti en vainqueur depuis le début du championnat. « C’est une très belle satisfaction, souffle le jeune pivot Valentin Aman, auteur d’un sans-faute au tir. C’est un match qu’il fallait prendre à tout prix. »

 

Cette 5 e victoire de la saison vient ponctuer un parcours quasi-parfait lors du cycle aller. Un bonheur n’arrivant jamais seul, les Sélestadiens se hissent à la 8 e place de D1 (toutes les équipes classées derrière le SAHB ont perdu hier) et l’écart avec le premier relégable, Aix-en-Provence, s’est encore creusé pour atteindre sept points à la trêve.

Si Toulouse prenait logiquement les devants au score dans les premières minutes (2-1 à la 4 e puis 4-2 à la 6 e), Sélestat n’était jamais très loin. Podsiadlo initiait un 3-0 qui permettait à des Violets appliqués et efficaces de s’installer en tête (4-5, 10 e). Jung enfonçait le clou quelques minutes plus tard (6-9, 15 e). Jérôme Fernandez faisait son entrée et se distinguait immédiatement : une passe décisive pour Zvizej puis un but de loin (8-9, 17 e).


Sept points d’avance sur le premier relégable à la trêve

 

Mais en dépit des efforts du capitaine de l’équipe de France, le Fénix ne parvenait pas à inverser la vapeur. Mieux, Sélestat creusait un nouvel écart à la faveur d’un 3-0 parachevé par le capitaine Petrenko (11-14, 27 e).

 

Célestin puis Cham se chargeaient de faire recoller Toulouse (13-14, 28 e). Les joueurs de Jean-Luc Le Gall voyaient néanmoins leur audace récompensée, à l’image de Petrenko, qui, une poignée de secondes avant la sirène, récupérait la balle dans ses neuf mètres et lobait un Karaboué avancé (13-16 à la pause).

 

Si le début de seconde période était hésitant côté alsacien (15-17, 36 e), cela n’empêchait pas les coéquipiers de Pawel Podsiadlo de continuer à faire la course en tête (15-19, 39 e). Eymann signait une entrée probante au relais de François-Marie et Sélestat maintenait l’écart (17-21, 42 e).

 

Suite de l'article DNA

 

Crédit photo : Jérôme Jacques par Fénix Toulouse HB