> Sélestat un peu trop juste

Rédigé le 14/01/2013.

 

Dans une salle Aurégan de Morlaix pleine à craquer, qui accueillait pour la première fois de son histoire une rencontre opposant deux membres de l’élite nationale de handball, le spectacle a été à la hauteur.

 

C’est le Cessonnais Gentil qui démarre le mieux cette rencontre, contrecarrant (dans les buts) une équipe alsacienne pourtant mieux en place, emmenée par Petrenko. Profitant des arrêts du meilleur gardien actuel du championnat de France, Cesson fait un premier break (4-2, 7 e), mais en face Ivezic se met au diapason et Sélestat peut revenir à la marque (4-4, 11 e).

 

Un retour qui a le mérite de réveiller les Cessonnais qui reprenaient les devants (7-4, 14 e), profitant d’une meilleure assise défensive leur permettant d’opérer en contre grâce notamment au très remuant Benoit Doré.

 

Une tournure peu au goût de JeanLuc Le Gall qui prenait son premier temps mort au quart d’heure de jeu afin de faire repartir son équipe sur des bases plus saines.

 

Mais peine perdue devant un Yann Gentil décidément au-dessus de la partie, auteur de 13 arrêts en pas moins de 20 minutes. Seul Beauregard semblait lui tenir la dragée et permettait aux siens de rejoindre la pause sur un débours raisonnable de 4 buts (16-12).

 

Au retour des vestiaires, les Alsaciens se décidaient à mettre plus de rythme dans la rencontre, face à des Bretons bien en place offensivement.


Retour trop tardif

 

Une tactique qui avait le mérite d’équilibrer les débats, mais le manque de solutions défensives des joueurs de Le Gall ne laissait que peu de place à un retour de Sélestat. D’autant que Cesson ...... Suite de l'article DNA

 

Crédit Photo : Christine BIAU