> « J’ai hâte d’y être »

Rédigé le 29/10/2011.

 

Certes, Nikola Karabatic et Michaël Guigou ne seront pas là. Mais la venue de Montpellier au Rhenus, demain pour la 7 e journée de D1, reste tout de même l’événement sportif de ce week-end en Alsace. Guynel Pintor et les Sélestadiens entendent bien en profiter au maximum.

 

Guynel Pintor n’a pas peur des mots. Le match contre Montpellier, demain au Rhenus ? « Un rêve », sourit le jeune arrière gauche sélestadien (20 ans).

« On va affronter des joueurs que l’on voyait encore à la télévision la saison dernière quand nous étions en D2. Je vais devoir défendre sur Accambray (l’arrière gauche de Montpellier, champion du monde avec l’équipe de France, ndlr), c’est super ! »

 

« Ce n’est pas un match comme les autres, c’est quand même Montpellier ! »

 

Même s’il sait que les chances sélestadiennes de créer l’exploit sont minces, Guynel Pintor ne boude pas son plaisir. « Ce n’est pas un match comme les autres, c’est quand même Montpellier ! On en parle entre nous depuis le début de la semaine, même si nous restons concentrés. On a envie de bien faire. C’est la première fois que je vais jouer contre cette équipe, en plus devant 5 000 personnes. C’est le plus grand match de ma carrière jusqu’à aujourd’hui. J’ai hâte d’y être. »

 

Comme tous ses coéquipiers, ce sera la première fois qu’il jouera devant tant de monde. « Montpellier est un peu comme chez lui au Rhenus et a l’habitude de jouer devant beaucoup de monde. Mais la salle à Sélestat est aussi toujours pleine et il y a toujours de l’ambiance », se rassure le Martiniquais.

L’arrière gauche sélestadien ne croisera pas sur le parquet du Rhenus Nikola Karabatic ou Michaël Guigou, les stars de Montpellier. « Mais il y a tellement d’autres bons joueurs dans cette équipe… », soupire Guynel Pintor.

 

Le double mètre violet, qui se consacre quasi exclusivement aux tâches défensives, sait que le défi sera immense demain. Mais la perspective de croiser Kavticnik, Accambray ou Bojinovic ne hante pas l’esprit du numéro 15 violet.

« C’est clair qu’il y a un peu de tension, mais je ne joue jamais un match dans la tête avant le jour J. Contre Chambéry il y a une dizaine de jours, il y avait Xavier Barachet (lui aussi champion du monde avec l’équipe de France, ndlr). Personnellement, je suis content .... suite de l'entretien