> CESSON-RENNES 28 SELESTAT 24

Rédigé le 16/02/2013.

 

Les Sélestadiens ont livré une pâle copie, hier soir, en Bretagne. Ils n’ont jamais donné l’impression de pouvoir rivaliser avec leur adversaire. Avec les succès d’Ivry et le nul d’Aix, ils voient revenir deux concurrents directs pour le maintien.

 

« Attention, Sélestat, c’est une belle équipe de D1 qui joue bien. Toutefois, si on remporte cette rencontre, cela nous repositionnerait comme il faut dans la partie haute du milieu de tableau et, du coup, on pourrait s’aérer un peu la tête. » Dès la deuxième journée des matches retours, l’entraîneur de Cesson-Rennes, David Christmann, connaît l’importance de cette rencontre à domicile, la première en 2013. Les résultats des adversaires directs, victoire d’Ivry contre Chambéry et nul d’Aix-en-Provence contre Montpellier, jeudi soir, le confortent dans la méfiance affichée. Même si le matelas de points pour Cesson-Rennes et Sélestat existe encore, un succès, pour l’un ou pour l’autre, peut apporter une belle bouffée d’oxygène.

 

Contrairement à l’habitude où les défenses serrées empêchent souvent les joueurs de s’exprimer, d’entrée, des brèches se créent, mais Cesson ne profite pas toujours de celles-ci, notamment sur contre-attaques. Les artilleurs locaux manquent aussi de précision, au contraire des Alsaciens qui font presque mouche à chaque fois.

 

Les deux équipes se rendent coup pour coup. Il faut attendre la 12 e pour que Cesson prenne un certain avantage (8-6). Dans la foulée, Sélestat, réduit à quatre, prend l’eau e encaisse un 1-7 en quelques minutes (11-6, 20 e). À lui seul, Hochet déstabilise la défense alsacienne, alors que les attaquants de Jean-Luc Le Gall peinent à tromper la vigilance de Genty, excellent. À la pause, Cesson mène logiquement de quatre buts (15-11) malgré un léger relâchement sur la fin.

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Crédit Photo : JM Loos