> La porte est étroite à Tremblay

Rédigé le 23/02/2013.

 

Le deuxième déplacement consécutif du SAHB ce soir à Tremblay qui accumule les bons résultats s’annonce au moins aussi compliqué qu’à Cesson pour une équipe en quête de réaction après deux revers de suite.

 

Le chiffre treize portera-t-il chance à Sélestat, ce soir à Tremblay ? Les superstitieux ont certainement leur point de vue à ce sujet. Toujours est-il que c’est avec un joueur de moins par rapport aux quatorze autorisés sur la feuille de match que le SAHB a pris la direction de la région parisienne hier après-midi. Privé de Michal Salami, victime d’une entorse en début de semaine et qui s’est rajouté à la liste des éclopés avec Xavier Rechal, le coach Jean-Luc Le Gall a fait remonter Valentin Aman en équipe « une » et laissé le jeune Régis Matzinger à la disposition de la réserve.

 

Ils seront donc treize à tenter de relever le défi ce soir dans l’antre d’une des rares équipes à avoir fait le plein depuis la reprise. Un collectif tremblaysien qui, sans l’air d’y toucher, partageait au soir de la précédente journée, la 6 e place de la LNH en compagnie de Nantes et de Saint-Raphaël. Après un début de saison laborieux, la nouvelle équipe de l’ancien sélestadien, Vlado Ostarcevic, a accumulé les bons résultats. Depuis sa courte défaite à Sélestat (28-26) en octobre, elle a enchaîné sept succès en dix matches. Elle s’est échinée à faire le plein à domicile avec 5 succès en 6 réceptions. Celle de Paris étant à deux doigts de virer à l’exploit, le leader invaincu y enregistrant son plus court succès de la saison (26-27).

 

« Ça a toujours été compliqué à Tremblay. Ils sont particulièrement agressifs à domicile, costauds et difficiles à manœuvrer, acquiesce Arnaud Freppel. Si on veut avoir notre mot à dire, il faudra être à 200 % à tous les niveaux. Mais j’estime qu’on a une carte à jouer. C’est un match à l’extérieur, ce qui est déjà en soi un handicap car ce n’est jamais évident en LNH. Mais il faut y croire. Nos supporteurs seront là-bas pour nous soutenir. On ne doit pas les décevoir. »

 

Suite de l'article L'Alsace

Crédit Photo : Denis Werwer