> Quentin Eymann et le SAHB arrivent lancés

Rédigé le 28/02/2013.

 

Quentin Eymann et les Violets s’attendent à être secoués demain à Mulhouse. Mais les récents vainqueurs de Tremblay veulent surfer sur cette performance, afin de ne pas quitter prématurément la Coupe de France.

 

Si le tirage au sort de la Coupe de France a accouché d’un derby alsacien, l’arrière droit de Sélestat, Quentin Eymann, y voit surtout une opportunité à ne pas laisser filer. « Les confrontations entre Mulhouse et Sélestat ont toujours un parfum particulier. Mais derrière l’aspect derby, il y a surtout une qualification pour les quarts de finale à la clé. C’est important pour le club. On va donc tout faire pour éviter d’être éliminés et de prendre un coup au moral en s’inclinant chez une équipe de l’étage inférieur, même si elle est bourrée de talents. »

 

Depuis le week-end dernier et la grosse perf signée à Tremblay, le baromètre des Sélestadiens s’est positionné sur beau fixe. « Grâce à cette victoire à l’extérieur, on s’évite de rentrer dans une spirale négative » , se réjouit Quentin Eymann qui, du haut de ses 21 ans, se souvient d’avoir vécu, la saison passée, un début de cycle retour délicat ponctué par cinq défaites d’affilée. Cette perspective s’est désormais envolée pour faire place à un optimisme raisonnable. « Il ne faut pas se dire que ce sera facile, reprend le gaucher. Mais c’est vrai qu’on est bien en championnat. Maintenant, la Coupe de France c’est encore autre chose. On a vu le résultat de l’an dernier lorsque nous avons été éliminés à Saintes. »


« Depuis les moins de 14 ans, les derbys sont toujours chauds »

 

C’était au même stade de l’épreuve. Mais pas dans les mêmes circonstances. Les Alsaciens mangeaient alors leur pain noir, englués dans cette série de revers qui commençaient à inquiéter. Un an plus tard, c’est une équipe rassérénée par un brillant succès à Tremblay qui prendra la direction du Palais des sports de Mulhouse, demain soir. Une équipe sur ses gardes, où même ceux qui n’ont pas connu les explications musclées d’il y a deux ans du temps de la D2 savent de quoi il en retourne.

 

Suite de l'article L'Alsace

Crédit Photo : Strasbourg Photo