> Sélestat résiste mais s’incline face à Montpellier (27-33) devant 5 500 spectateurs

Rédigé le 03/11/2011.

 

L’heure des braves

 

Les Sélestadiens ont fini par abdiquer et ce n’est pas vraiment une surprise. Mais ils ont, une fois encore, été épatants, faisant jeu égal avec Montpellier durant 45 minutes. Avant de céder à la fatigue et de devoir reconnaître la supériorité du champion de France en titre.C’est beau un Rhenus Sport garni jusqu’aux cintres et tout de violet vêtu. C’est encore plus beau lorsque c’est une première. Car si les amateurs de handball peuvent chaque année en prendre plein la vue à l’heure de l’EuroTournoi, jamais un match de championnat de France n’avait attiré autant de monde en Alsace

 

C’est beau et ça donne forcément envie de se surpasser, envie d’être à la hauteur de l’événement, envie de prendre et de donner du plaisir.
Jean-Luc Le Gall : « Je suis fier de l’image qu’ils ont donnée »

 

Les Sélestadiens du SAHB n’ont pas failli, hier après-midi, devant les 5 500 spectateurs auxquels ils avaient donné rendez-vous. Ils ont été braves, courageux, pour tout dire épatants, réussissant là où d’autres et pas des moindres avaient échoué : contenir Montpellier, le grand Montpellier, à six buts. Faire, surtout, jeu égal avec le champion de France en titre durant près de trois quarts d’heure.

« Nous nous étions persuadés que si les Montpelliérains étaient prenables, c’était aujourd’hui (hier), lâche Jean-Luc Le Gall. Ils ont énormément joué ces dernières semaines et il leur manquait quelques joueurs clés ( Niko Karabatic et Mika Guigou). Au bout du compte on s’incline, mais je n’ai finalement aucun regret. Les joueurs ont fait tout ce qu’ils devaient, tout ce qu’ils pouvaient faire. »

Alors oui, Montpellier manquait, hier, de profondeur de banc. Mais que dire d’un SAHB obligé de se passer de Fulop, François-Marie, Salami, Ostarcevic et Rechal ? Que dire sinon qu’il a largement rempli son contrat ?

Suite article DNA