> On recommence quand ?

Rédigé le 01/11/2011.

 

Le pari était osé. Remplir le Rhenus sport à une autre occasion que l’EuroTournoi, la référence en la matière, n’était pas évident. Le Sélestat-Alsace HB l’a fait, au bonheur de tous les handballeurs.

 

Fatigués, mais heureux. Heureux surtout. Vincent Momper, le président du Sélestat-Alsace handball et tous les siens, tous ceux qui, durant des semaines, ont œuvré pour que le rendez-vous qu’ils avaient donné aux handballeurs ne vire pas au triste lapin avaient les traits tirés hier matin. Mais ils ne cachaient pas leur satisfaction, un immense plaisir aux senteurs de soulagement.

« Nous ne savions pas vraiment où nous mettions les pieds, souffle le président sélestadien. C’était un pari osé et je suis content que nous l’ayons tenté. J’avoue, dimanche au moment du coup d’envoi, j’en ai eu les larmes aux yeux. »

 

Parce qu’ils y ont cru, parce que d’autres ont voulu y croire

 

L’inquiétude a vite fait place au contentement, voire au bien-être. A l’euphorie ?

« On va dire au plaisir, continue Vincent Momper. Proposer un match du SAHB à Strasbourg était une action à double détente, sportive et économique. Nous avons, me semble-t-il, gagné sur les deux tableaux et c’est vrai que cela nous procure du plaisir, un énorme plaisir. »

 

Sur le plan sportif, le porte-drapeau du handball alsacien a tout gagné. Le comportement de sa formation, l’état d’esprit et l’envie affichés par ses joueurs («Notre marque de fabrique, celle que nous voulons préserver à tout prix ») le fait que ces irréprochables “violets” aient si bien et si longtemps résisté à l’ogre montpelliérain, tout cela a fini de conquérir 5 500 amoureux du hand qui n’en avaient finalement pas vraiment besoin.


« Vraiment, nous pouvons être fiers de l’image du club et de la ville de Sélestat que nos joueurs ont véhiculé. L’opération séduction a fonctionné à fond grâce à ce groupe attachant et à son formidable état d’esprit. »

 

Réussite également sur le plan “économique”, parce que le sportif passe par là aussi.

 

« Nous voulons grandir, enchaîne l’ancien ailier gaucher du SCS. Et pour se faire, il nous faut élargir notre champ d’action. En venant jouer à Strasbourg, nous voulions montrer à ceux, susceptibles d’être intéressés, que nous étions à même de créer l’événement au-delà du Centre-Alsace, que nous pouvions exposer notre belle vitrine hors des murs sélestadiens. J’espère que cet après-midi ne restera pas sans lendemain, que cette opération aura des suites. Visiblement, ceux que nous voulions toucher ont été séduits. Par le spectacle, par l’ambiance, par notre capacité à mener à terme de tels projets. »

Le pari était osé, les Sélestadiens l’ont réussi. Parce qu’ils l’ont vraiment voulu. Parce qu’ils y ont cru, parce que, aussi, d’autres ont voulu y croire.

« Tout cela n’a été possible que parce qu’il y a eu volonté commune .... suite de l'article