> Réagir prestement

Rédigé le 27/04/2013.

 

Pour garder ses distances avec ses poursuivants, Sélestat a tout intérêt à prendre des points ce soir contre Saint-Raphaël même si cela n’a rien d’une sinécure face à un adversaire armé pour jouer les premiers rôles.

 

Depuis le début de la saison, Sélestat a toujours navigué en eaux calmes, ne laissant poindre aucun doute quant à sa capacité de réaliser son objectif : le maintien. À cinq journées de la fin, le SAHB est toujours dans les clous. Toujours calé à la huitième place, il n’est plus très loin de toucher au but. Sauf que sa marge s’est rétrécie au cours des dernières journées sur les équipes qui le suivent. À l’approche de l’arrivée ça souque ferme à tous les niveaux. En tête du championnat pour les places européennes derrière Paris et en queue pour éviter d’être le compagnon d’infortune de Billère.

 

Réagir prestement

 

En se laissant surprendre par Toulouse, il y a quinze jours, les Sélestadiens ont senti la pression revenir sur leurs épaules. Leur seul véritable faux pas risque de les mettre en danger s’ils ne réagissent pas au plus vite. Sans attendre les dernières échéances. « Généralement on essaie de rattraper l’erreur dès le match qui suit, mais à Montpellier nous sommes tombés sur une équipe qui n’avait pas l’intention de se laisser faire. C’est donc à domicile qu’il faudra se reprendre. Saint-Raphaël n’est peut-être pas le meilleur client pour cela mais à domicile cela paraît tout de même plus ouvert, » estime Jean-Luc Le Gall.

 

L’an dernier son équipe n’a pas été ridicule, ne s’inclinant que dans les dernières minutes (22-24). En revanche, le match aller a tourné à la démonstration pour les Azuréens qui ont infligé l’une des plus rudes défaites de la saison aux Alsaciens (38-26). « Il faudra faire un match énorme pour cela mais chaque journée le prouve, le championnat de France est vraiment un grand championnat , souligne encore le coach. La moindre erreur peut coûter cher. Nous n’en avons faite qu’une seule contre Toulouse et voilà que la pression s’installe. Il n’y a donc pas le choix. Il faudra faire un match énorme pour s’éviter de joueur notre destin lors des deux dernières confrontations à domicile. Mais j’ai confiance en mes joueurs qui n’ont pas perdu l’état d’esprit qui leur a permis de bien figurer jusqu’à présent. »

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo : Denis Werwer