> L’art et la manière

Rédigé le 19/05/2013.

 

Le Sélestat Alsace Handball a scellé son avenir en D1 en livrant un match proche de la perfection contre Créteil. C’est avec l’esprit libre, mais pas sans ambition, que les Violets peuvent aborder les deux derniers matches de la saison.

 

Personne n’en doutait vraiment, même si les cinq défaites de rang avaient laissé poindre une légère inquiétude. Celle-ci s’est très vite estompée, à la faveur d’un début de match de rêve contre une équipe de Créteil dépassée, puis résignée.
 

« On n’avait pas le choix. Personne dans l’équipe ne voulait jouer en D2 »

 

« On a fait la différence d’entrée, savoure Jordan François-Marie. On a affiché la détermination qu’il fallait, avec un grand gardien derrière (Obrad Ivezic, ndlr). C’était une superbe soirée. »

 

Une soirée qui a vu les Sélestadiens unis et soudés comme jamais. « Cela faisait un moment qu’il n’y avait pas eu une telle envie collective. C’était le match le plus important de la saison. On devait gagner, on n’avait pas le choix. Personne dans l’équipe ne voulait jouer en D2 », sourit-il.

 

L’arrière droit violet, comme ses coéquipiers, croyait au maintien autant qu’il le voulait. Et il peut aujourd’hui, sans se tromper, livrer une vérité que tout le monde partage : « Je pense que c’est mérité par rapport aux résultats que l’on a obtenus cette saison. »

 

Les matches nuls contre Montpellier et Chambéry viennent immanquablement à l’esprit. Mais les Violets ont également su faire le “boulot” lors des rendez-vous incontournables. « Pour l’instant, on réalise une saison cohérente, analyse Jean-Luc Le Gall. Hormis la défaite contre Toulouse à domicile, on a fait un sans-faute. »
 

« Je n’avais jamais vu autant de détermination »

 

L’entraîneur sélestadien n’est pas le dernier à avoir apprécié la performance des Violets dans ce match décisif contre Créteil. « L’intelligence d’une équipe, c’est aussi de sortir LE match qu’il faut au moment opportun. Je n’avais jamais vu autant de détermination. L’équipe s’est montrée solide et solidaire », souffle-t-il, « impressionné ».

 

Le maintien du Sélestat Alsace Handball, en dépit de ses moyens financiers limités dans le concert de la LNH, ne constitue pas un exploit.

 

« Cet objectif me paraissait accessible et à la portée de ce groupe, estime le coach alsacien. Mais nous sommes bien évidemment contents de l’avoir atteint. » Peut-être pas un exploit donc, mais une véritable performance.

 

Car les écueils ne manquaient pas à l’entame de cette deuxième saison dans l’élite du handball hexagonal. Il a ainsi fallu composer avec un effectif réduit en quantité, le départ du demi-centre croate Vlado Ostarcevic (pour Tremblay) n’ayant pas été compensé.
 

« Le maintien était plus difficile à obtenir cette saison »

 

« La deuxième saison est toujours plus compliquée », ajoute Jean-Luc Le Gall. Attendus au tournant par leurs adversaires, les Sélestadiens, sans le fameux effet de surprise qui accompagne souvent les promus, ont su élever leur niveau de jeu pour atteindre leur but.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo : Franck Delhomme