> Le cap de la vingtaine

Rédigé le 30/07/2013.

 

Le Sélestat Alsace Handball a entamé hier la préparation de la saison 2013-2014, la vingtième de son histoire en D1. Avec un effectif presque inchangé et un réel enthousiasme.

 

Toutes les bonnes choses ont une fin, inévitablement. Les Violets ont tiré un trait sur les vacances hier. « C’est passé vite, souffle, Kevin Beretta, l’ailier gauche sélestadien. On retrouve nos habitudes. »


« Ce ne sont pas forcément les meilleurs moments, mais une saison se construit aussi pendant la “prépa” »

 

Six semaines après la fin d’un exercice 2012-2013 réussi (8e place en championnat, demi-finale de la Coupe de la Ligue), les joueurs du Sélestat Alsace Handball ont repris le chemin de l’entraînement. Avec le sourire. « On est vraiment content de se retrouver, de se raconter nos vacances », explique Arnaud Freppel.

 

L’ailier droit, comme ses coéquipiers, a apprécié la coupure. « On avait vraiment envie de s’arrêter après la fin du championnat. Là, on avait vraiment envie de reprendre. »

 

Les prochaines semaines réserveront leur lot de sueur et de fatigue, mais ce passage obligé n’effraie plus Arnaud Freppel. « Ce ne sont pas forcément les meilleurs moments, mais une saison se construit aussi pendant la “prépa”. C’est indispensable pour bien préparer le championnat. »


Une préparation repensée

 

Tout le monde – seul Rudy Seri, qui prépare les championnats du monde avec l’équipe de France des moins de 19 ans, manquait à l’appel – était sur le pont pour entamer la préparation d’une saison forcément particulière pour Sélestat, le club violet s’apprêtant à souffler sa 20e bougie en D1.

 

« Cette préparation ressemble à la précédente », estime Jean-Luc Le Gall. L’effectif n’a en effet pas beaucoup changé (Valentin Aman n’est plus là, Stevan Vujovic a posé ses valises en Alsace).

 

Une stabilité qui n’est pas pour déplaire au coach sélestadien. « J’ai plaisir à travailler avec ce groupe-là. On ne part pas de zéro, il y a moins d’incertitudes. Et l’arrivée de Stevan au poste de demi-centre redonne un équilibre à l’équipe. »

 

Mais pour ne pas laisser la routine gagner les coéquipiers de Yuriy Petrenko, la préparation a été repensée. « Chaque “prépa” doit être singulière », avance Jean-Luc Le Gall.

 

Suite de l'article DNA

Photo : JP Kaiser