> Sélestat espère toujours avoir son mot à dire

Rédigé le 10/09/2013.

 

Pour sa vingtième saison au plus haut niveau français, le SAHB visera encore le maintien tout en cherchant à réduire le fossé avec les meilleurs.

 

Chaque année, lorsqu’approche le coup d’envoi de la saison, se pose invariablement la question du rôle de Sélestat dans cette super élite du hand français. Jean-Luc Le Gall, qui entame sa sixième saison à la tête de l’équipe, connaît désormais parfaitement les rouages de la maison violette et la valeur de son groupe qui n’a quasiment pas varié depuis son retour en Ligue Nationale en 2011. Auteur de deux très belles saisons puisque supérieures aux estimations (7e la première année, 8e la suivante), le SAHB repart pour une troisième campagne successive au sein d’un championnat toujours plus relevé et aussi dense.

 

« Poursuivre la progression »

 

Si la plupart des autres équipes ont continué de s’armer, Sélestat s’est contenté de conserver ses cadres, ne laissant filer que le jeune pivot Aman, et confiant les rênes de l’équipe au jeune international monténégrin Stevan Vujovic. « Son poste de demi-centre nécessitera du temps , prévient Jean-Luc Le Gall. Trouver les relations avec ses coéquipiers, ça ne s’improvise pas. » N’empêche que le coach de Sélestat a moins de travail d’intégration que ses collègues qui doivent refaçonner leur équipe. La dizaine de matches de préparation a permis au collectif sélestadien de retrouver rapidement ses marques.

 

Cette homogénéité devrait être l’un des atouts du SAHB pour rivaliser avec des clubs qui, sur le papier, semblent mieux dotés, mais devront encore faire leurs preuves. « Nous avons un an d’expérience en plus ainsi qu’une rotation supplémentaire , se réjouit l’entraîneur. Mais tout le monde s’est renforcé et nous ne sommes pas surarmés. L’équipe, sur ce qu’elle a montré lors du précédent exercice, a progressé. Le fossé avec les grosses écuries s’est rétréci. J’en veux pour preuves nos deux courtes défaites contre Dunkerque et les matches nuls contre Montpellier et Chambéry. On va essayer de faire un nouveau pas pour continuer de progresser au niveau de l’expression collective et dans la maîtrise du jeu. »

 

Suite de l'article L'Alsace