> Emportés par la vague

Rédigé le 13/03/2014.

 

Les Violets ont explosé hier face à une attaque montpelliéraine en mode dynamite (39-28). Sonné contre Ivry, châtié à Montpellier, Sélestat traverse une mauvaise passe, mais va devoir vite chasser ses doutes. Car une victoire contre Tremblay, la semaine prochaine, sera impérative.

 

Il faudra encore attendre. Hier, Sélestat n’avait aucune chance de décrocher son premier succès en D1 contre Montpellier. Vingt-quatre buts inscrits en première période, onze longueurs d’avance à la pause (24-13), les coéquipiers de Thierry Omeyer n’avaient vraiment pas envie de faire durer le suspense.

 

Le début de match des Violets n’aura été qu’un leurre, un feu de paille vite éteint par les Héraultais. Jung, François-Marie et Salami allumaient les premières mèches (2-4, 4e ).

 

Le premier nommé avait même une balle pour donner trois buts d’avance à Sélestat, mais le pivot, en contre-attaque, trouvait la… tête de Thierry Omeyer (2-4, 5e ).


Pas grand-chose à espérer contre ce Montpellier-là

 

Le temps de s’échanger quelques mots doux et Montpellier reprenait vite le fil d’une rencontre qu’il entendait dominer sans trembler. Dolenec, Gajic ou Grébille faisaient vaciller la défense sélestadienne (8-5, 9e ).

 

Le premier temps-mort posé par Jean-Luc Le Gall n’endiguait pas la déferlante sudiste (11-6, 13e ), le deuxième quelques minutes plus tard restait lui aussi sans effet (17-9, 21e ).

 

Suite de l'article DNA

 

Crédit photo : Patricia Glorion