> Des frissons jusqu’au bout ?

Rédigé le 11/04/2014.

 

Parce qu’il ne gagne plus, le Sélestat Alsace Handball fait du surplace au classement. Le club violet accumule même les frustrations, ses bonnes prestations n’étant pas récompensées, comme cela a encore été le cas à Nîmes mercredi (31-30). De quoi trembler jusqu’à la dernière journée ?

 

C’est un scénario que tout le monde préférerait éviter. Sélestat n’a aucune envie de jouer son avenir en D1 au soir de la dernière journée, le 22 mai sur le parquet de Dijon.


« On attend le match de la délivrance »

 

Mais parce qu’ils n’ont plus gagné en championnat depuis trop longtemps (aucune victoire depuis le début de la phase retour), les Violets se sont fatalement compliqués la vie.

 

Certes, le club alsacien compte toujours quatre points d’avance sur Ivry, le premier relégable (trois en tenant compte du goal-average particulier favorable aux Franciliens).

 

On se répète, mais si les joueurs de Jean-Luc Le Gal avaient fait le plein de points à domicile contre Ivry (défaite 31-25) et Tremblay (nul 24-24), ces sombres nuages seraient définitivement écartés.

 

« On s’inquiète plus ou moins, souffle Jordan François-Marie. On a cette chance qu’Ivry ne gagne pas. » La défaite à Nîmes, si elle laisse quelques regrets, n’a rien coûté sur le plan comptable. Sauf que Sélestat n’avance pas. « Et que la spirale n’est pas vraiment positive », ajoute l’arrière droit.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo MAXPPP