> L’heure du rebond

Rédigé le 24/07/2015.

 

Sélestat, de retour en D2, entend ne pas s’y éterniser. À la tête d’un effectif rajeuni et fortement renouvelé, Christian Gaudin devra être l’homme de la remontée, pour effacer la noire saison 2014-2015.

 

Pour les Sélestadiens, les vacances sont bel et bien finies. Mais il y avait des sourires, et même quelques éclats de rire, hier lors de la reprise de l’entraînement. Les cinq recrues (T. Gaudin, Savic, Martin, Sargenton, Eudaric) étaient là, sans que les Violets n’affichent complet pour autant.

« Ne pas être dans le Top 5 serait un échec »

Julien Meyer et Rudy Seri (championnats du monde juniors avec l’équipe de France), Olivier Jung (Jeux Panaméricains avec le Canada) et Yanis Lenne (qui prépare les Mondiaux avec l’équipe de France jeunes) manqueront ainsi une partie de la préparation, mais ils sont tout excusés !

C’est donc un groupe de neuf pros, renforcé par trois jeunes de la réserve – le demi-centre Thibaud Valentin, l’ailier gauche Virgile Wagentrutz et le gardien Hugo Kriszt –, qui a rechaussé les baskets pour une matinée consacrée à des tests physiques et de musculation, avant un premier contact avec le ballon en fin de journée.

« On va s’adapter », commente l’entraîneur, Christian Gaudin, au sujet de ces “soucis” d’effectif. Il y aura de toute façon suffisamment de matches amicaux – huit – pour que les absents, par ailleurs rompus à la “méthode Gaudin”, attrapent le train en marche.

Frédéric Beauregard, qui devrait garder le brassard de capitaine, et ses coéquipiers ont entamé la première de leurs sept semaines de “prépa”. « C’est un moment important de la saison. » Le moment où les joueurs soignent leur physique, assimilent le projet de jeu, où les affinités, sur et en dehors du terrain, se créent entre les anciens et les nouveaux.

Mais tout cela, finalement très classique, n’était pas forcément le plus important hier. Ce jeudi 23 juillet constituait la première étape de la saison d’après, celle qui doit voir Sélestat repartir de l’avant après un exercice 2014-2015 noir, marqué par le retour en D2.

Pour tourner la page, les dirigeants et le staff ont décidé, cette année encore, de remodeler l’effectif. « C’était indispensable, indique Christian Gaudin. Beaucoup de choses n’ont pas fonctionné la saison passée. Certains joueurs étaient en fin de contrat. Pour d’autres, il était préférable de partir. La saison dernière a été un réel traumatisme pour l’ensemble du club. C’est derrière nous, mais il fallait injecter du sang neuf pour redonner de l’allant et de la fraîcheur. »

Même si le budget a diminué, Sélestat s’est attelé à bâtir, sur le plan sportif, une équipe pour jouer les premiers rôles et se mêler à la lutte pour la montée en D1. Mais pas seulement.

« Un groupe complice »

« On repart avec un groupe comme j’aime en avoir, c’est-à-dire complice, ce que je n’avais pas trouvé la saison dernière en arrivant », souffle Christian Gaudin. Tous les nouveaux connaissent la D2, mais tous ou presque se connaissent déjà, nourrissent parfois même une forte amitié.

« Il y avait une réelle volonté de notre part de créer un groupe avec une cohésion la plus rapide possible. C’est le premier jour, mais il semblerait que l’ambiance soit bonne. Ce sera important. » Pour le double champion du monde, c’est même le chantier prioritaire.

« On doit effacer le traumatisme, répète-t-il. Cette saison, je veux voir un groupe solidaire, je veux de l’ambiance, je veux que l’on donne du plaisir avec notre jeu et aussi avec l’image que l’on va renvoyer. »

Il faudra aussi pour cela se montrer performant dans un championnat où Dijon, Istres, Mulhouse, Massy et Cherbourg nourriront également des ambitions élevées.

« On fait partie des favoris, ne cache pas Christian Gaudin. Mais il faut garder de l’humilité. On veut remonter dans les deux ans, si c’est avant, tant mieux. Dans un premier temps, l’objectif est d’être dans le Top 5 (pour accéder aux play-offs). Ne pas y être serait un échec pour moi, les joueurs et le club. »

La jeunesse promue

Il y a encore quelques interrogations à lever. Comment répondra par exemple Julien Meyer (18 ans) à son statut de gardien n°1 ? Ses prestations en D1 en fin de saison dernière laissent présager le meilleur.

Sélestat se présente aussi sur la ligne de départ avec le seul Rudy Seri (21 ans) au poste de demi-centre, les contacts avec le Mulhousien Mehdi Ighirri n’ayant pu aboutir. Qui pour l’épauler ? Les jeunes de la réserve auront une vraie carte à jouer, l’arrière gauche Igor Vujic pourrait être repositionné.

Le challenge est connu. Les Sélestadiens ont commencé hier à le relever.

 

Article et photo DNA