> « J’ai tellement à découvrir »

Rédigé le 21/09/2015.

 

Avec ses onze arrêts, Julien Meyer fut un acteur important du match. Comment le gardien a-t-il vécu son premier derby ?

 

Sa nuit fut courte, à Julien Meyer. C’est qu’il ne dort pas bien après une défaite. « C’est toujours comme ça », glisse-t-il. À lui, c’était son premier derby Mulhouse-Sélestat et il n’a même pas eu peur.

 

« C’est ma première saison professionnelle, j’ai déjà tellement à découvrir… Je n’avais pas d’appréhension. Les plus anciens ont une histoire sur ce match bien particulier, pas moi. Je ne l’ai pas vraiment ressenti. »

 

Pas même dans les rencontres de jeunes ? « Contre l’ASCA (Wittelsheim) , ou Cernay, c’était alors différent. On était tous au pôle (espoirs de Strasbourg) , on se connaissait. Celui qui perdait allait chercher l’autre pendant la semaine. C’était plus sympa. »

 

La tension était tout autre, samedi soir. Il l’a bien sentie, a fait connaissance avec. « C’est bizarre, tout cet engouement qui monte au fil du match. Ça part de rien, d’un coup tout le monde se réveille.

 

« Quand on n’a pas trop d’expérience, on a alors du mal à rester dans sa bulle. Ce sont ces détails-là qui font la différence. Je dois faire plus attention à ça. » Avec ce duel au sommet, le garçon a l’impression d’avoir pris encore de la bouteille.

 

« On apprend dans ces moments-là, c’est une rencontre qui va me faire avancer. » D’autant qu’il est resté longtemps sur le parquet. « Soixante minutes, c’est long (il a juste soufflé trois minutes, de la 50e à la 53e ). En équipe de France, on se partage le temps de jeu, c’est du 30-30, voire 40-20. C’est plus facile aussi, l’ambiance est plus familiale. »

 

Suite de l'article DNA

Photo F. WURRY