> « Des bonnes choses à garder »

Rédigé le 08/02/2016.

 

L’issue du voyage à Montpellier n’a pas été meilleure avec Sélestat qu’avec Saintes quatre ans plus tôt pour Jérémy Sargenton qui estime néanmoins que son équipe a bien tenu la route avant les futures joutes du championnat.

 

Il aurait fallu un miracle pour que le voyage à Montpellier soit autre chose que le terminus de la Coupe de France pour Sélestat. Dans une salle où seul Toulouse a réussi a s’imposer en championnat depuis le début de la saison, Jérémy Sargenton n’a pas fait mieux sous le maillot de Sélestat samedi soir que quatre ans plus tôt lorsqu’il gardait la cage de Saintes. L’outsider, qui évoluait aussi en D2, avait été renvoyé à ses études par des Montpelliérains qui n’avaient que moyennement goûté d’être menés à la pause (14-15). Dans leur teneur, les défaites de Saintes en 2012 et celle de Sélestat, samedi, sont quasi similaires : 29-21 contre 27-20. En revanche, leur scénario n’a rien à voir. « Avec Saintes, on avait fait une très bonne première mi-temps puisqu’on menait. Mais quand le rouleau compresseur se met en marche, c’est très difficile de résister. Cette fois-ci, Montpellier l’a enclenché dès les premières minutes. Au bout d’un quart d’heure de jeu, c’est 10-3 ! » , regrette le gardien de Sélestat depuis l’été dernier et qui a paraphé une prolongation de contrat durant la trêve pour poursuivre l’aventure en violet jusqu’en 2017.

 

Suite de l'article L'Alsace

Photo A KIEFFER