> Ne pas tendre l’autre joue

Rédigé le 20/05/2016.

Sélestat a très mal démarré ses play-offs de Pro D2 en prenant une baffe à Massy (23-18). Cette différence de cinq buts peut se rattraper, dimanche au match retour, à condition de changer d’attitude et de retrouver une efficacité qui a fait terriblement défaut aux Alsaciens.

Il y a une semaine, les Sélestadiens aspiraient à être en vacances. Cela aurait validé un titre de champion de France de D2 et, surtout, une promotion à l’étage supérieur. On sait ce qui en est advenu après le match nul de Saran à Massy.

 

Sept jours plus tard, à mi-chemin de leur demi-finale de play-offs contre Massy, les Violets n’ont plus du tout envie d’être en vacances. Sous peine d’être éliminés de la course au deuxième ticket pour la LNH. Battus sur un écart de cinq buts (23-18), ils vont devoir inverser la tendance dimanche dans leur salle. Devant un public qui sait les sublimer. Face à un outsider d’autant plus dangereux qu’il n’a, lui, rien à perdre, et qu’il est, désormais, surmotivé après cette victoire, sa première en trois participations aux play-offs.

 

« Une heure pour se rattraper »

 

Pour rester en course, le SAHB devra l’emporter sur un écart de six buts. Cinq pourraient suffire à condition d’encaisser moins de 18 buts ( voir les détails du règlement ci-contre ). Mieux vaut néanmoins viser la demi-douzaine pour ne pas jouer avec le feu.

 

Gagner par six buts d’écart n’est pas impossible. Sélestat s’est imposé à huit reprises avec 6 buts ou plus d’avance. En saison régulière, Sélestat avait battu Massy (25-20). Dimanche, il faudra ajouter un but de plus pour que le compte soit bon et que l’aventure se poursuive. Christian Gaudin et ses joueurs devront s’appliquer à inverser la tendance. En s’appuyant sur des précédents. Dans la jeune histoire des play-offs de D2, il n’existe qu’un cas. Celui d’Istres, battu de 6 buts à Mulhouse, vainqueur de 8 en Provence. Le coach de Sélestat se souvient d’avoir également vécu un tel cas de figure en Coupe d’Europe lorsqu’il s’occupait de Saint-Raphaël. « Nous sommes à la mi-temps de notre duel. On a 5 buts de retard. Il reste une heure pour le rattraper. »

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo M. WALTER