> L’appui du CSI va compter

Rédigé le 27/05/2016.

Sélestat aurait pu perdre les pédales à Dijon. Les Violets ont su rester sereins dans le final pour préserver leurs chances de montée en D1. Rendez-vous dimanche pour LE grand rendez-vous de la saison.

Une défaite ne constitue jamais une bonne opération. Pour l’instant, à la mi-temps de cette finale, l’option pour la montée en D1 a été prise par Dijon. Yoann Eudaric ne l’ignore pas. Mais le pivot sélestadien n’oublie pas que le verdict n’est pas encore tombé, et que l’écart concédé en Bourgogne autorise un réel espoir.

 

« Six ou trois buts, ce n’est pas pareil… »

 

« On a su minimiser cet écart, souffle-t-il. Six ou trois buts de retard, ce n’est pas pareil… Cela ne veut cependant pas dire que ce sera facile à remonter, mais c’est possible. »

 

Dans un match très longtemps accroché, Sélestat a été un moment décroché (28-23, 54e ). Mais le groupe violet a plié sans rompre. « On a toujours été serein, on est resté sur ce que l’on fait faire, on n’a jamais douté. » Et le finish alsacien lors des six dernières minutes a permis d’adoucir la note.

« Dijon était sur l’euphorie de sa bonne dynamique (le DBHB a fini très fort la saison régulière, ndlr) , a pu compter sur son public. Mais on ne s’est pas affolé, même en début de match, quand notre adversaire a vite mené au score. Ça montre également la sérénité acquise tout au long de la saison », ajoute Yoann Eudaric.

 

Cet atout sera précieux, dimanche lors de la deuxième manche. « On est prudent, mais aussi confiant. C’est à nous de montrer que nous pouvons faire mieux, c’est à nous de faire le match qu’il faut pour accrocher le ticket pour la D1. »

Suite de l'article DNA

 

Photo G CANTARUTTI