> Sélestat a encore craqué

Rédigé le 15/12/2016.

 

Logiquement battu hier soir à Ivry après une seconde période ratée (27-22), le Sélestat AHB, plus que jamais lanterne rouge de Starligue, perd encore du terrain sur le premier non relégable, Dunkerque, tenu dans le même temps en échec par Toulouse (24-24).

 

Malgré des Ivryens à leur portée, les Sélestadiens ont encore manqué un rendez-vous capital pour un maintien en D1 qui s’inscrit plus que jamais en pointillé.

 

Pour le premier de ses deux matches couperets avant la trêve internationale, Sélestat a raté le coche, concédant son 11e revers de la saison. Malgré un contenu intéressant, le SAHB n’a pas su exploiter ses temps forts à bon escient : « C’est un match qui nous laisse des regrets, on a eu les opportunités pour passer devant en seconde période, c’est rageant » , souligne l’entraîneur alsacien, Christian Gaudin.

 

Ivry, qui avait également besoin de points, prenait la rencontre par le bon bout grâce à plusieurs arrêts de François-Xavier Chapon (3-1, 5e ). Conscient qu’une partie de sa survie se jouait à Delaune, le SAHB ne semblait pas crispé par l’enjeu, trouvant les décalages à l’aile gauche, où Thomas Gaudin se montrait adroit à la finition (5-5, 12e ). Entre le premier tir victorieux de la base arrière - signé Rudy Seri - et les bonnes dispositions de Bart Ravensbergen - qui prenaient le dessus sur les artilleurs de loin -, Sélestat montrait un visage convaincant (5-7, 16e ).

 

Alors que le sept majeur affichait déjà quelques garanties, deux joueurs sortis du banc donnaient également leur pleine mesure. Par deux coups de canon, Thibaut Minel confirmait l’emprise des siens (7-10, 20e ), tandis que le 100 % de réussite aux jets de sept mètres de Thibaud Valentin permettait de maintenir le tempo (8-11, 24e ).

 

Une attaque en berne

 

Comptant jusqu’à quatre longueurs d’avance, le SAHB perdait peu à peu de sa superbe. La faute à Ivan Stankovic, le seul adversaire véritablement à son avantage, et à des tirs précipités qui gâchaient le joli pécule (12-13, 30e ).

 

Suite de l'article L'ALSACE

 

Photo G. CANTARUTTI