> Coupe de France (8es de finale) : Chambéry – Sélestat (16h)

Rédigé le 26/02/2017.

La Coupe pour grandir

 

Le jeune gardien sélestadien Valentin Kieffer va poursuivre son apprentissage du haut niveau en Coupe de France. Un joli défi l’attend du côté de Chambéry.

 

L’insouciance de la jeunesse peut avoir du bon. Dans une poignée d’heures, Valentin Kieffer va disputer son deuxième match avec le groupe pro. Le premier, c’était déjà en Coupe de France, le 17 décembre en 16e de finale, et ses neuf arrêts lors des vingt dernières minutes avaient bien aidé Sélestat à se défaire (20-25) du piège tendu par l’AC Boulogne-Billancourt (N1).

 

« Un autre monde par rapport à la N2 »

 

Cette fois, ce sera face à Chambéry, 6e de D1, et ses tireurs d’élite (Basic, Bicanic, Briffe, Q. Minel ou Melic). À même pas 18 ans, le gardien alsacien pourrait, légitimement, avoir le “trac”. Mais pourquoi s’en faire après tout ?

 

« Il ne faut pas être tétanisé, souffle-t-il avec assurance. J’y vais sans stress. C’est une nouvelle expérience. » Une de celles à même de le faire grandir. Champion d’Europe U18 avec l’équipe de France l’été dernier, Valentin Kieffer est ce que l’on appelle un “potentiel”. Il faut dire qu’il a de qui tenir.

 

Son père, Jean-Luc, a connu le monde pro, lui aussi dans le but, et entraîne au Pôle Espoirs de Strasbourg où il a formé Mickaël Robin, Vincent Gérard ou Julien Meyer. Sa grande sœur, Ilona (20 ans), évolue en D1 à Besançon et vient d’être appelée pour la première fois en équipe de France A’.

 

Le chemin vers les sommets est encore long, mais Valentin Kieffer a commencé à l’emprunter. Dans quelques mois, il intégrera le centre de formation violet (avant de signer son premier contrat pro lors de la saison 2018-2019). Mais dès le mois de septembre, il délaissera la N2 où il brille de mille feux avec la réserve pour former en D2 un duo avec le Néerlandais Bart Ravensbergen.

 

Suite de l'article DNA

Photo DNA