> Amical : SAHB – ESSAHB (40-22)

Rédigé le 16/08/2017.

Comme on pouvait l’attendre, Sélestat a nettement dominé l’ESSAHB (40-22) hier au CSI. Les équipes ne boxent pas dans la même catégorie.

 

Christophe Viennet voulait retrouver la confiance par le succès. C’est chose faite, après une large victoire (40-22).

« Les intentions m’ont plu. C’était important d’avoir un premier bon contact avec le public surtout pour les nouveaux joueurs », explique le nouveau coach de Sélestat.

Ravensbergen a récité parfaitement sa partition

Pour revenir au match, les “ Violets”, qui évoluaient exceptionnellement en orange fluo hier, ont fait cavalier seul.

Mais ce sont pourtant bien les joueurs de Bruno Boesch qui ouvrent le score par l’intermédiaire de Bonnemberger.

Les défenses sont agressives des deux côtés du terrain en début de match. Avant que n’entre en scène Bart Ravensbergen. Le gardien de Sélestat a récité parfaitement sa partition et a écœuré les joueurs de l’ESSAHB. Parades multiples, relances rapides…

Le longiligne portier blond a permis à son équipe de s’envoler en première mi-temps. Bien aidé, il est vrai, par une défense solide et un jeu d’attaque friable de la part des hommes de Bruno Boesch. Résultat des courses : 22-7 à la pause pour Sélestat.

On a alors peur d’une grosse claque. Elle ne sera que petite finalement. Les joueurs de Strasbourg/Schiltigheim reviennent des vestiaires avec de meilleures intentions.

La recrue phare, Michele Skatar, tient à flot son équipe et montre par bribes son talent en attaque. L’ESSAHB se permet même le luxe de marquer cinq buts consécutifs en milieu de seconde période (33-21).

 

Mauvaise soirée pour Martin

Christophe Viennet fait beaucoup tourner son effectif, bien plus riche que celui de son compère. L’impérial Bart Ravensbergen ne foulera d’ailleurs pas le parquet en seconde mi-temps.

Après un dernier arrêt de jeu demandé par le technicien sélestadien, ses hommes finissent le travail avec un excellent Arthur Anquetil. Conclusion : 40-22.

« On ne va pas tomber dans le triomphalisme. C’est une belle entame. Maintenant, on va continuer à travailler », conclut Christophe Viennet. De son côté, Bruno Boesch souffle : « Je savais que ça allait être difficile. Il ne faut pas se leurrer, ils ont un effectif bien supérieur au nôtre. Il nous manque cruellement de rotation. En attaque, nous avons déjoué et les contre-attaques adverses ont été trop nombreuses. Mais je veux retenir la belle réaction en deuxième mi-temps ».

Pour son retour dans la salle de ses débuts, Grégory Martin a vécu une mauvaise soirée sur le parquet. Jusqu’à recevoir un carton rouge (40’). Tristes retrouvailles.

 

Article DNA

Photo F. WURRY