> Déterminés à relever la tête

Rédigé le 23/02/2018.

Décidés à effacer la déconvenue subie à Nancy la semaine dernière, les Sélestadiens veulent remporter leur première victoire de l’année contre Nice, ce soir à domicile, pour rester en adéquation avec leurs objectifs.

« Gagner, gagner, gagner. » Yoann Eudaric conclut presque toutes ses phrases par ce verbe. Comme pour marteler l’enjeu de cette 16e journée de championnat, face à un promu niçois ragaillardi par sa victoire à Caen, après une série de deux défaites précédées d’un nul.

Un bilan proche de celui de Sélestat, dont la mauvaise série compte un revers supplémentaire (1 n, 3 d). La dernière en date, à Nancy, fait tache et a déclenché le courroux du coach Christophe Viennet et l’ire présidentielle.

« On a largement le niveau pour jouer le Top 5 »

Les joueurs ont reçu ces critiques, acceptant de se faire tancer. « Cette réaction est tout à fait normale. Si on n’est pas énervé après avoir perdu contre le dernier du championnat, c’est vraiment qu’il y a un problème », estime le capitaine des Violets.

En revanche, quand leur coach suggère qu’on a surestimé certains joueurs (*) , le Martiniquais évite de polémiquer : « Ces propos n’appartiennent qu’à lui. Nous, les joueurs, on n’entre pas dans ce débat, notre seule réponse, elle se fera sur le terrain. Je suis persuadé que notre équipe a largement le niveau pour jouer le Top 5. Je crois en tous mes coéquipiers, en tous mes gars. On va remplir nos objectifs, on va gagner vendredi (aujourd’hui). Tout le monde va dans ce sens-là. »

Après avoir pris un coup sur la tête en Lorraine en s’inclinant chez le dernier de la classe, les Sélestadiens ont usé de tous les moyens pour se relever, bomber le torse, repousser les mauvaises vibrations. « Il n’est pas question de se morfondre, lance Yoann Eudaric. On doit relever la tête. Il reste encore des matches. On voit très bien comme la Proligue est homogène. »

Chaque week-end, les vérités de la journée précédente sont battues en brèche. Le plus urgent pour Sélestat est de renouer avec la gagne. D’avoir à nouveau des pensées positives. De se sentir aussi invincible que lors de la série de huit matches sans défaite entre octobre et décembre.

« Tout le monde s’est remis en question ce week-end. Moi le premier, confie le capitaine, qui a pris beaucoup de temps pour remobiliser, alerter et rassembler ses troupes avec le co-capitaine Thomas Cauwenberghs. Tout le monde s’est régénéré correctement pour aborder cette semaine de la meilleure des façons et de manière positive pour gagner ce match. »

Suite de l'article DNA

Photo C. GIFE