> Sélestat se relance face à Nice (36-23)

Rédigé le 24/02/2018.

Après trois défaites consécutives, Sélestat s’est relancé avec éclat, hier face à Nice. Cerise sur le gâteau, les Violets raccrochent le bon wagon des play-offs.I

Ils devaient apporter une réponse. D’abord pour eux-mêmes, après plusieurs prestations pas vraiment conformes à leur potentiel. Et aussi pour ne pas voir le Top 5 s’éloigner dangereusement. Certes, Nice, promu en D2 cette saison, n’a rien d’une terreur. Mais les coéquipiers de Yoann Eudaric ont rassuré tout le monde, à la faveur d’un deuxième acte presque parfait.

Après la défaite à Nancy, la semaine passée, Christophe Viennet n’avait pas eu de mots assez durs contre ses troupes. Hier, au coup de sifflet final, le coach sélestadien a vanté leurs mérites. Comme un juste retour des choses. « C’est la victoire des joueurs. Il faut leur rendre hommage. »

Rien ne coulait de source, parce que la confiance était sérieusement ébranlée. Mais les discussions ont permis de chasser les doutes, d’évacuer les malentendus. « On a vécu une semaine compliquée, les joueurs ont accepté beaucoup de choses. Et je les félicite car il a fallu faire du chemin pour réaliser cette performance. »

Sélestat a démarré doucement. Le temps, sans doute, de chasser définitivement les mauvaises ondes (1-2, 4e ). Mais la réussite de Schneider, déjà, permettait aux Alsaciens de vite reprendre le contrôle des opérations (5-3, 10e ). Nice s’accrochait toujours aux basques des Violets, mais l’engagement et la détermination, laissés aux vestiaires à Nancy, étaient cette fois au rendez-vous.

« L’équipe a voulu faire face »

Ce n’était pas encore palpable au tableau d’affichage, puisque les Azuréens revenaient plusieurs fois tout près (10-9 à la 18e , 12-11 à la 25e ). Mais quelque chose avait changé, c’était indéniable. La belle entrée de Kieffer dans le but permettait de créer le premier écart (14-11, 27e ), lequel était conservé jusqu’à la pause (17-14).

L’entame de seconde période a parfois causé du tort aux Sélestadiens cette saison. Cette fois, elle leur a permis de s’envoler. Schneider, étincelant hier à la conduite du jeu alsacien, lançait les siens (18-14, 32e ). Et tous lui ont emboîté le pas. Kieffer (12 arrêts au total) bonifiait ainsi la belle activité défensive de ses coéquipiers.

Après le 6-0 initié par Cauwenberghs et conclu par son compatriote belge De Beule, Sélestat avait fait le plus dur (25-15, 41e ). Il s’agissait désormais d’être sérieux, de ne pas laisser de place à ces moments de flottement dont les joueurs de Christophe Viennet sont parfois coutumiers. Ces derniers n’allaient jamais ralentir face à des Niçois littéralement dépassés (36-23 au final).

 

Suite de l'article DNA

Photo T BABINOT Photo Hand