> Sélestat en mode play-offs

Rédigé le 12/05/2018.

Sans puiser dans ses réserves, Sélestat a décroché son dixième succès en championnat, hier contre Cherbourg (36-26). Place maintenant aux play-offs et aux demi-finales face à Chartres, la semaine prochaine.

Chacun avait déjà la tête à autre chose hier. Sélestat aux play-offs, Cherbourg à la saison prochaine, toujours en D2, le club normand ayant acté son maintien. Les Alsaciens, eux, nourrissent encore l’espoir de s’élever.

Cette 26e et dernière levée n’avait donc d’autre but que de préparer le double rendez-vous, la semaine prochaine, contre Chartres (2e ), en demi-finale des play-offs. Il fallait engranger de la confiance, reposer quelques organismes aussi. Les deux objectifs ont été atteints.

Sélestat a décroché un large succès, et certains de ses titulaires ont pu être préservés (on pense notamment à Savic et Pereira, qui ne sont entrés en jeu que le temps de tirer un penalty). Cette dixième victoire s’est dessinée en seconde période, le premier acte ayant vu des Violets plutôt au petit trot.

En tête jusqu’à la 14e , ils voyaient Cherbourg recoller (9-9, 16e ), puis prendre les devants (9-10, 18e ). Yohan Herbulot signait alors son retour : premier tir, premier but (11-10, 20e ). Sympa pour l’arrière gauche, pas épargné par les blessures depuis deux ans et aussi pour son coach, Christophe Viennet, qui dispose ainsi d’une corde supplémentaire à son arc.

La joie du géant sélestadien (2,07 m) faisait plaisir à voir. « Ça fait vraiment du bien de marquer à nouveau des buts (quatre hier) en compétition , savoure-t-il. J’étais sur le côté pendant presque deux ans et j’avais vraiment envie de marquer ce but pour pouvoir enfin lancer ma saison et mettre tous les fantômes du passé et ces blessures derrière moi. Le premier but a été une très grande libération. »

Bon, dans la foulée, Cherbourg signait un 4-0 (11-14, 24e ) pour virer en tête à la pause (13-14). Mais il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. En huit minutes, Sélestat inversait drastiquement la tendance (13-15 à la 31e puis 22-15 à la 39e ).

Ravensbergen avait réalisé quelques jolis arrêts, Anquetil inscrit l’un ou l’autre but venu d’ailleurs. Comme Djeric insistait (24-16, 42e ), le petit moment de flottement qui suivait (24-20, 47e ) était sans conséquence. La belle jeunesse violette (Bottlaender, Schneider, Da Silva) repartait de plus belle et Cherbourg implosait (30-23 à la 53e , 36-26 au final).

À la fin de la rencontre, les partants – Djeric, Ravensbergen, Anquetil et Seri – ont reçu un bel hommage de la part du club et du public. Mais cela ne doit pas faire oublier que la saison n’est pas finie. Dans un sens, elle ne fait que commencer avec les play-offs, là où tous les espoirs sont permis…

Le revenant Yohan Herbulot les attend avec une impatience sans aucun doute décuplée. « On n’a aucune pression puisque par rapport à Chartres, on est plutôt considéré comme l’outsider. J’espère qu’on pourra être les trouble-fête des play-offs. On en est vraiment capables puisqu’on a déjà fait douter Chartres chez lui. »

Dans quatre jours au CSI, il s’agira de prendre une option ou, à défaut, de ne pas compromettre les chances de qualification pour la finale avant le match retour à Chartres. Vivement mardi !

Article L'Alsace / DNA Simon GIOVANNINI

Photo T Babinot Photohand