> Le sport est aussi fait de surprises

Rédigé le 20/04/2012.

 

C’est devenu un cliché, mais il traduit finalement bien la réalité. Face à Montpellierr, Sélestat, comme les autres clubs de D1, n’a rien à perdre. Un succès constituerait un authentique exploit.

 

Un déplacement à Montpellier est toujours, pour l’adversaire, une équation difficile à appréhender, encore plus à résoudre.

 

Il ne s’agit pas, parce que l’on est un compétiteur et que le sport de haut niveau réserve parfois son lot de surprises, de céder à la fatalité ou à une quelconque forme de résignation.

 

Mais il convient également de ne pas regarder la réalité avec légèreté. Les joueurs de Patrice Canayer, invaincus cette saison en championnat, n’ont plus perdu à domicile depuis le 4 mars 2009 (27-29 face à Tremblay). Une éternité…


«Le sport est aussi fait de surprises»

 

« On part dans l’idée de faire le meilleur match possible, explique Arnaud Freppel. C’est souvent quand on se dit que l’on n’a aucune chance de gagner que l’on prend une claque. »

 

Qu’est-ce qui peut finalement empêcher les joueurs de Jean-Luc Le Gall de rêver à un improbable exploit, ce soir à Bougnol ? Rien. Certes, même sans Nikola Karabatic et Vid Kavticnik, blessés, Montpellier reste une formidable machine à gagner. Sa récente victoire en Coupe de France est là pour en témoigner. Et lors du match aller, les Héraultais, privés de Karabatic (déjà) et de Michaël Guigou, avaient été bousculés par les Violets dans un Rhenus en fusion, mais s’en étaient sortis sans dommages (27-33).

 

L’ailier droit violet sait bien que les coéquipiers de Mickaël Robin évoluent plusieurs tons au-dessus. « En France, il y a Montpellier et les autres. Même sans Karabatic et Kavticnik, cela reste une équipe très complète. Mais le sport est aussi fait de surprises. » Ce n’est pas parce que l’espoir est mince qu’il ne faut pas s’y accrocher.

 

« C’est sûr que cela fait très longtemps que les Montpelliérains n’ont pas perdu chez eux, mais c’est déjà arrivé par le passé, lance Arnaud Freppel. On va rentrer sur le terrain avec la même concentration que pour les autres matches, on va jouer le coup à fond et essayer de les embêter le plus longtemps possible. On ne sait jamais… »

 

Grace à sa victoire contre Paris lors de la dernière journée, Sélestat a enrayé une longue spirale négative et maintenu les relégables à bonne distance.

 

Suite de l'article DNA