> Du bon, du beau, du Beauregard

Rédigé le 22/04/2012.

 

Sélestat a subi le même sort que la plupart des visiteurs de Montpellier, mais il a aussi retrouvé un buteur, Frédéric Beauregard, qui pourrait s’avérer utile lors des prochains matches qu’il faudra gagner.

On l’avait quitté chafouin, trois semaines plus tôt, au sortir d’une large victoire sur Paris qu’il n’avait pas pu savourer comme il l’aurait voulu, n’ayant pas mis les pieds sur le parquet même quand ses copains avaient pris dix buts d’avance. On l’a retrouvé beaucoup plus souriant, mais l’esprit cotonneux par le long voyage retour, après un match où le meilleur arrière gauche de la D2 l’an dernier a inscrit près du tiers des buts de son équipe. Sa meilleure prestation offensive de la saison (9 buts pour 17 tirs) a permis à son équipe d’éviter un naufrage chez le futur champion de France.

 

Car les choses avaient bien mal débuté pour le Martiniquais et ses coéquipiers relégués à onze longueurs (15-4) au bout de vingt minutes de jeu. « Ma prestation a été un peu à l’image de celle de l’équipe puisqu’on a raté beaucoup d’occasions. Mais on ne voulait pas repartir de Montpellier avec une valise. On avait déjà pris la foudre à Istres (34-23) , ce n’était pas pour reprendre une tape au MAHB ! On n’est pas une équipe avec de grands joueurs mais on a du cœur. On n’a pas l’habitude de lâcher. C’est grâce à cet état d’esprit qu’on a gagné des matches et c’est aussi comme ça qu’on arrivera à en gagner d’autres. »

 

Ces échéances cruciales sont proches. À commencer par les deux matches de suite à domicile contre Nantes et Cesson. « Notre prestation en deuxième mi-temps est encourageante pour cela, estime Bobo. Elle va nous donner l’envie de livrer d’autres gros matches. Car même si nous avons encaissé 18 buts comme en première mi-temps, nous avons mené la vie dure aux arrières montpelliérains.

 

Suite de l'article L'Alsace