> Les hommes de “captain” Jung

Rédigé le 19/05/2012.

 

Qui sont vraiment les handballeurs du Sélestat Alsace Handball, maintenu en D1 depuis son match nul à Ivry le week-end dernier ? Visite guidée du vestiaire violet avec Olivier Jung, le capitaine sélestadien.

 

Le vestiaire sélestadien vit bien. « On rigole beaucoup, on fait souvent des blagues pour mettre de la bonne humeur. » Olivier Jung, le capitaine violet, nous présente ses coéquipiers : « Nous sommes tous un peu fous ! »

 

❏ OBRAD IVEZIC (30 ans, gardien) : « Il a tout le temps envie de gagner. Un joueur très correct et fair-play. Obrad est très “famille”. Il va bientôt être papa pour la première fois et je crois que ça le stresse un peu ! Il est fou, mais dans le bon sens. Il lui manque une case, comme tous les gardiens (rires) ! »

 

❏ LASZLO FULOP (33 ans, gardien) : « Un mec super gentil avec tout le monde et très marrant. Quand il faut s’amuser, il est là ! C’est un vrai pêcheur et il a initié plusieurs joueurs dans l’équipe : Kevin, Valentin ou moi. On passe des journées ensemble à pêcher, c’est sympa. C’est aussi un mauvais perdant ! »
Beretta rafle tout au poker, Freppel anime les trajets en minibus

 

❏ MICHAL SALAMI (30 ans, ailier gauche) : « Un joueur efficace, travailleur et professionnel. C’est dommage qu’il se soit blessé après son superbe début de saison (rupture des ligaments croisés dès le 2 e match, le Polonais a retrouvé la compétition le week-end dernier). C’est le patron de la table de poker (les Violets sont des adeptes des jeux de cartes dans le bus qui les emmène à travers la France lors des déplacements). Tant qu’il n’a pas gagné, il continue ! »

 

❏ KEVIN BERETTA (22 ans, ailier gauche) : « On savait de quoi il était capable. Il a su saisir sa chance et il réalise une très belle saison. C’est un mec discret et bosseur. Il nous prend tout notre argent au poker. Il a une chance incroyable ! »

 

❏ PAWEL PODSIADLO (26 ans, arrière gauche) : « C’est un bon joueur, parmi les meilleurs buteurs de D1 (9 e avec 121 réalisations). “Olo” est plutôt du genre discret, il est encore gêné par la barrière de la langue, même s’il sait aussi rigoler. »

 

 

Suite de l'article DNA