> Contrat rempli

Rédigé le 25/11/2012.

 

Sélestat n’a pas tremblé, hier face à Billère. Les Violets ont logiquement dominé la lanterne rouge, au terme d’un match plutôt maîtrisé (32-23). Leur parcours vers le maintien n’affiche pour l’heure aucune sortie de route.

 

« On a fait ce qu’il fallait. » En une phrase, Yuriy Petrenko a résumé la performance sélestadienne, hier face à Billère. Le Sélestat Alsace Handball n’avait pas le droit à l’erreur contre le promu béarnais, en grande souffrance depuis le début de la saison (neuf défaites en autant de journées). Le mot d’ordre était simple : victoire obligatoire !

 

Le succès d’Aix-en-Provence, l’autre relégable, vendredi, sur le parquet de Cesson, ajoutait à cette obligation. Il fallait conserver trois points d’avance sur les Provençaux, que les Alsaciens recevront le 15 décembre au CSI. Les joueurs de Jean-Luc Le Gall ont une nouvelle fois bien négocié l’un de ces rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte. « Nous avons fait un bon match, nous avons été plus forts que Billère », ne pouvait que constater le capitaine violet.

 

Même un début de match hésitant n’a pas fait naître la moindre inquiétude dans les rangs violets. Billère profitait ainsi de quelques échecs sélestadiens pour creuser un premier écart (0-3, 5 e’). «On ne marquait pas, mais on avait les situations. On savait que cela allait venir », souligne Yuriy Petrenko. Beretta, sur penalty, débloquait le compteur (1-3, 6 e’), et Sélestat rattrapait rapidement son retard, en dépit du deuxième but consécutif de Ragot (2-5, 8 e’).

 

Beretta, toujours sur penalty, initiait un 4-0 conclu par le capitaine Petrenko. Les Sélestadiens viraient en tête (6-5, 12 e’) et ils n’allaient plus jamais lâcher la direction des opérations. Si Souid égalisait, une nouvelle vague violette faisait boire la tasse aux joueurs d’Arnaud Villedieu (12-6, 20 e’). La réaction billéroise était réelle (15-11, 28 e’), mais Sélestat finissait fort (18-11 à la pause).

 

Le scénario n’allait pas s’inverser en seconde période. Jung, excellent au relais de Pesic – blessé après seulement 15 minutes de jeu –, donnait ainsi dix longueurs d’avance à son équipe (24-14, 38 e’). L’écart grimpait jusqu’à +13 (27-14, 42 e’), avant un relâchement presque inévitable dans les rangs sélestadiens. Billère inscrivait cinq buts consécutifs (27-19, 49 e’), mais la marge des coéquipiers de Podsiadlo était suffisante pour se diriger vers un succès aussi précieux qu’espéré (32-23).

 

Une marge dont a profité le jeune Maxime Duchêne, appelé à épauler Obrad Ivezic dans le but sélestadien (Laszlo Fulop, malade, était forfait).


Le match a été transformé en “formalité” espérée

 

Le gardien de la réserve signait un arrêt dès son entrée en jeu à la 55 e’(trois au total). Suite de l'article DNA

 

Crédit photo DNA : F. Delhomme