> L’heure est à la mobilisation générale

Rédigé le 10/05/2013.

 

Une cinquième défaite consécutive vient assombrir l’avenir du SAHB qui devra se faire violence la semaine prochaine dans un match décisif face à Créteil.

L’espoir n’aura duré qu’une vingtaine de minutes à Nantes. Avant que Sélestat ne laisse filer son adversaire vers une nouvelle victoire. Une issue logique entre deux équipes qui ne tirent clairement pas dans la même catégorie. « Les premières minutes ont été bonnes, tant au niveau du jeu que de l’implication défensive, mais dès que l’on a été décroché de deux ou trois buts, l’équipe est retombée dans ses travers , regrette son directeur sportif Christian Omeyer. On a manqué d’agressivité pour enrayer les attaques de notre adversaire qui nous a montré comment faire. Car c’est par là que passera notre salut. De la solidarité et un surcroît d’agressivité. Il est essentiel de retrouver ces deux vertus pour le grand choc face à Créteil. »

 

Car maintenant, le SAHB ne peut plus se permettre de faux pas lors de son prochain match face à Créteil, le vendredi 17 mai. À l’issue de sa cinquième défaite d’affilée, la huitième au bout de dix matches du cycle retour, l’heure est grave. Quel que soit le résultat de Créteil, dimanche prochain contre Cesson, Sélestat devra vaincre pour reprendre ses distances sur le premier relégable alors qu’il restera encore deux journées à disputer. Sous peine de voir son avenir s’assombrir. « On ne s’attendait pas forcément à vivre une telle situation surtout après les bons résultats enregistrés par l’équipe au cours du cycle aller. Mais bon, cette fois-ci on y est. Nous avions l’occasion lors de nos deux matches à domicile contre Toulouse et Saint-Raphaël de prendre des points qui auraient évité de rendre la réception de Créteil cruciale. On n’y est pas parvenu et il faudra désormais tout mettre en œuvre pour se tirer de là. »

 

« Nous avons toujours notre destin en main »

 

Celui qui a fait toute sa carrière de joueur au club et qui y a déjà vécu des moments similaires, ne verse néanmoins pas dans le pessimisme. Ce serait mal le connaître. « J’ai totalement confiance dans ce groupe et je suis persuadé qu’il a les moyens de s’en tirer. Il faudra utiliser les mêmes ingrédients qui nous ont permis de briller lors de la première moitié de championnat. Et encore une fois, nous avons toujours notre destin en main, ce qui est appréciable. »

 

Suite de l'article L'Alsace