> FINAL FOUR pour les U18 - 1

Rédigé le 23/05/2019.

Aix-en-Provence paraissait une ville atypique pour une rencontre opposant les -18ans du Sélestat Alsace Handball à ceux de l’Entente Strasbourg Schiltigheim Alsace Handball. Cependant c’est bien là-bas que ce sont affrontés les deux équipes Alsaciennes dans le cadre du huitième de finale du championnat de France -18ans Falcony (le plus haut niveau dans leur catégorie). En finissant premier de leur poule les Sélestadiens partaient favoris dans ce duel et la hiérarchie était respecté puisque le score à la mi-temps était de 18-15 pour Sélestat. Les amitiés entre les deux équipes étaient mises de côté en seconde mi-temps et les sélestadiens accéléreraient la cadence pour faire évoluer le score pour au final l’emporter 39-26. Dans l’autre match Aix-en-Provence l’emporta 36-34 face à Chambéry. C’est donc un duel entre alsaco-sudistes qui nous attendait le lendemain. Un match qu’aurait surement aimer jouer Yanis Lenne présent pour encourager son club formateur.

Dimanche tous les ingrédients étaient réunis pour voir un match tel qu’on les apprécie. Deux équipes surmotivées souhaitant se qualifier pour le carré final à Deauville, une salle comble et bruyante et des anciennes gloires du Handball français, les Experts Jerome Fernandez et Daouda Karaboue et le Barjot Eric Quintin. Les deux se répondaient coup sur coup jusqu’à ce que Sélestat prenne 3 buts d’avance avant de rejoindre le vestiaire sur le score de 11-12 pour nos violets. En seconde période, comme la veille les alsaciens accélérèrent la cadence en seconde période pour passer à 19-27 à la 52ème avant d’être remonté dans le money time. Ils finiront par s’imposer 28-31 et décrochent leur place pour le Final Four. Le coach Fred Blum est « fier de ses protégés » et « va tout faire pour décrocher le titre national »

La 1/2 finale opposera Sélestat à Bruges et Pontault-Combault à Dijon le weekend du 1 et 2 juin à Deauville. Nous souhaitons bonne chance aux joueurs et au staff en espérant revoir le club à la plus haute place quelques années après Valentin Aman, Maxime Duchêne ou Quentin Eymann pour ne citer qu’eux.